Le poulpe à lunettes, espace de recherche conviviale sur les échanges non-marchands, l'autoproduction et la culture libre

>Inscription<

>Connexion<

Participer

La fabrique

Le bistro


Suivre...
le sitela pagela rubrique
Blog /

Je veux être pauvre !

La revue de sociologie lo-fi

Ajouter un article

Titre: Je veux être pauvre !
Auteur initial: Benjamin Grassineau
Création de l'article: 27-09-2016 05:30
Dernière modification de l'article: 22-06-2017 à 16:44
Rubrique: La revue de sociologie lo-fi
Etat de la rédaction: finalisé / Droit de rédaction: ouvert / Licence: Licence culturelle non-marchande






La pression est partout !

Il faut vivre comme un riche.

C'est le "il le faut" qui fait consensus. Il le faut. On a pas le choix. Toute autre orientation est suspecte. Dans tous les cas, il faut le vouloir, le désirer... Richesse culturelle (le cv avec ses publis, le book avec ses concerts, etc.), richesse matérielle (le palace !), peu importe, on doit tous suivre le même parcours, la même voie, le même idéal.

Mais j'en veux pas, moi, de leur idéal !

J'en veux pas de leurs voitures, de leurs palaces, de leurs publis...

Et certains croient que ça fait encore évoluer vers le progrès ! Ah ouais ! Mais quel progrès ?! Je ne le vois pas leur progrès ! Je vois surtout la tyrannie massive qui s'installe un peu partout, dans les objets, dans la politique, dans la société qui nous entoure...

Partout j'ai la pression ! Travailler ? Grosse pression de partout. Evidemment, tout le monde s'en fout. On peut toujours crever, c'est pareil. Mais quand même... Sans arrêt, on te renvoie l'image de looser ou de feignant, parce que, ô crime de lèse-majesté, tu veux pas de leur richesse.

Mais oui, j'en veux pas. Je veux pas contribuer à cette pollution généralisée, à cette exploitation massive, à cette progression généralisée vers un meilleur poste qui, tôt ou tard, repartira dans les abîmes.

Je n'en veux pas ! Point.

Plutôt vivre dans la pauvreté, dans la galère, que vivre dans cette concurrence sordide, où ton cv fait ton identité, où ton classement dans quelques pyramides culturelles résume en deux mots tout ce que tu vaux !

La richesse, c'est quoi ? C'est du vent ! Un jour, tu meurs, et tout repart dans l'oubli. Tu luttes toute ta vie pour te faire un nom dans tel ou tel secteur, et puis, un jour, ça ne vaut plus rien, tu es effacé de la mémoire collective ! Est-ce cela qui peut conférer un sens à l'existence ?

Ou pire, combien sont-ils à bosser tous les jours, comme des esclaves. Pour se payer quoi ? Le droit à se loger, à se nourrir et à se vêtir. Mais c'est complètement absurde ! Pourquoi ne pas prendre un raccourci directement : réclamer le droit à se loger, se nourrir, se vêtir en disposant librement des ressources qui y sont nécessaires. Et elles sont là ! Au pire, il suffit juste de se réapproprier les usines de textiles ! Quant à la terre. Elle est là depuis des milliers d'années.

Sortir de la richesse, c'est sortir de sa condition d'esclave aveugle. C'est opérer un renversement à 180 degrés. De quoi avons-nous besoin ? De plein de choses, assurément ! Mais surtout, qu'on nous laisse vivre comme on l'entend ! Esclave un jour, esclave toujours. On commence à bosser pour se payer une guitare, et c'est l'engrenage !

Qu'y a-t-il de si terrible dans la pauvreté ? Vivre le long des routes, en vivant de peu, de cueillette, de récupe, est-ce si dramatique ? Ou bien, vivre sédentaire, en cultivant son potager et en vivant de peu, est-ce un calvaire ? Ou bien, refuser le marché de la publication pour se consacrer à l'auto-publication, est-ce la marque de la loose ?

Mais non, c'est bien plus cool que d'être riche ! Etre riche, c'est naze ! C'est bon, c'est déjà fait. Dites-vous bien que vous ne serez pas le premier à le devenir.

Et le but, léguer un héritage à vos enfants ? Bonjour la galère. Un héritage, ça peut vite se transformer en boulet. On croit bien faire en refilant une maison à ses enfants, mais est-ce le cas ? Ca part d'une bonne intention, mais que vont-ils faire de tout cet argent ? S'acheter une maison. Ok, ça voudrait dire, en gros, qu'on leur laisse une chance supplémentaire de rien glander. Mais l'expérience prouve que ce n'est pas le cas. L'argent coûte cher ! Il faut l'entretenir. Passer son temps à en gagner plus, à le sauvegarder. Dans le meilleur des cas, ça tient une ou deux générations maximum. A moins de faire des ascètes qui vont économiser leurs sous consciencieusement.

Alors, vivre dans la pauvreté ? Oui ! Marre d'être riche. C'est has been ! Il y a plus à découvrir dans l'autre sens. C'est tout un continent inexploré qui s'ouvre devant nous.




Ajoutez un commentaire:

Auteur:

Commentaires (1):


Posté par ra le 04-10-2016 à 11:42

:)!


Le contenu du site Le poulpe à lunettes, espace de recherche conviviale sur les échanges non-marchands, l'autoproduction et la culture libre, sauf mentions contraires, ainsi que toute nouvelle contribution à ce site, est sous licence culturelle non-marchande.
Site gratuit, sans publicité, à but non lucratif, ouvert à tous ceux qui souhaitent effectuer des recherches sur les échanges non-marchands et la culture libre ou simplement partager leurs savoirs et savoir-faire. Construit avec PmWiki et hébergé par Toile Libre.