GratiLab, laboratoire de science citoyenne sur la gratuité, le DIY et la culture libre

>Inscription<

>Connexion<

Participer

La fabrique

Le bistro


Suivre...
le sitela pagela rubrique
Textes /

RĂ©seau d'objets ?

Titre: RĂ©seau d'objets ?
Auteur initial: Benjamin Grassineau
Création de l'article: 27-05-2016
Etat de la rédaction: finalisé / Droit de rédaction: ouvert / Licence:



Quelle différence y a-t-il entre la zone de gratuité et le réseau de don d'objets ?

Quelques différences significatives.

Dans une zone :

  • les objets ne sont pas nĂ©cessairement rĂ©pertoriĂ©s,
  • les transactions ne concernent pas forcĂ©ment un objet en particulier,
  • l'acquĂ©reur de l'objet peut ignorer ce qu'il va trouver dans la zone avant de s'y rendre,
  • le maintien et la gestion de la zone peuvent ĂȘtre collectifs, mais les coĂ»ts sont gĂ©nĂ©ralement supportĂ©s par le propriĂ©taire ou le gestionnaire de la zone,
  • le statut des objets est gĂ©nĂ©ralement prĂ©dĂ©terminĂ©.

Dans un réseau de don d'objets :

  • les objets sont partiellement rĂ©pertoriĂ©s,
  • l'information sur les objets, les personnes et les conditions d'Ă©change, est gĂ©nĂ©ralement centralisĂ©, mais on peut envisager des structures dĂ©centralisĂ©es,
  • les objets sont dispersĂ©s chez plusieurs dĂ©tenteurs,
  • les objets n'ont pas forcĂ©ment de propriĂ©taires, ou alors, il existe de nombreux propriĂ©taires,
  • le statut des objets est incertain tant qu'il n'ont pas Ă©tĂ© Ă©changĂ©s, ou qu'un accord n'a pas Ă©tĂ© trouvĂ© entre deux personnes qui Ă©changent.

RĂ©seau d'objets ?

Doit-on parler de réseau de personnes ou de réseau d'objets ? De réseau décentralisé de personnes qui s'échangent des objets ou d'objets qui circulent entre des personnes ?

Il peut ĂȘtre intĂ©ressant de renverser la perspective en examinant l'organisation sociale via l'organisation des objets. A plusieurs niveaux :

  • Les catĂ©gories d'objets se connectent entre elles via des liens de dĂ©pendances, d'usages rĂ©ciproques, de compatibilitĂ©, etc. Un peu comme des cellules.
  • Les objets se connectent physiquement dans des configurations physiques diffĂ©rentes : au sein d'un lieu (magasin), dans des espaces rĂ©ticulaires (un rĂ©seau d'emprunt), dans un agencement fonctionnel (une maison), etc.
  • Les objets peuvent avoir des statuts diffĂ©rents : appropriĂ©s, mis sous clĂ©s, SDF, etc.
  • Les objets sont techniquement conçus pour rĂ©pondre Ă  une certaine organisation sociale. En particulier, pour respecter la scission production / consommation. Un objet conçu au contraire pour faciliter des Ă©changes non-marchands n'a pas les mĂȘmes propriĂ©tĂ©s. C'est tout le problĂšme de la convivialitĂ© de l'outil. C'est la structure de l'objet qui va imposer, avec la complicitĂ© de l'organisation sociale, un certain type de structure socio-Ă©conomique.
  • En tenant compte d'un Droit des objets?, au mĂȘme titre qu'il y a un droit des animaux, un droit des humains, on pourrait probablement parvenir Ă  une conception diffĂ©rente de l'organisation sociale.

CatĂ©gories: Économie non-marchande



Le contenu du site GratiLab, laboratoire de science citoyenne sur la gratuité, le DIY et la culture libre, sauf mentions contraires, ainsi que toute nouvelle contribution Ă  ce site, est sous licence culturelle non-marchande.
Site gratuit, sans publicité, à but non lucratif, ouvert à tous ceux qui souhaitent effectuer des recherches sur les échanges non-marchands et la culture libre ou simplement partager leurs savoirs et savoir-faire. Construit avec PmWiki et hébergé par Toile Libre.