Le poulpe à lunettes, espace de recherche conviviale sur les échanges non-marchands, l'autoproduction et la culture libre


Connexion



Suivre...

le sitela page le blog
Blog /

Les platanes de la faim

table.recherche { width:80%; } table.recherche th { box-shadow: 10px 10px 5px #888888; text-align:center; padding:10px; background-color:#e6ffe6; font-family:Courier; } table.recherche td { padding:10px; background-color:#f2f2f2; font-style:italic; } table.suite { width:20%; box-shadow: 10px 10px 5px #888888; text-align:center; padding:10px; background-color:#e6ffe6; } table.grandtitre { width:40%; box-shadow: 10px 10px 5px #888888; text-align:center; padding:10px; background-color:#A6B06D; font-weight:bold; color:#B83A1B; font-family:Courier; } table.grandtitre a { color:#B83A1B; text-decoration:none; font-size:150%; } div.entetearticle { width:60%; box-shadow: 10px 10px 5px #888888; padding:10px; background-color:#e6ffe6; } div.citation { width:80%; padding:10px; font-style:italic; margin-left:auto; margin-right:auto; box-shadow: 10px 10px 5px #888888; } div.cita { width:80%; padding:10px; font-style:italic; margin-left:auto; margin-right:auto; box-shadow: 10px 10px 5px #888888; } table.photo { width=300px; margin-left:auto; margin-right:auto; box-shadow:10px 10px 5px #888888; } div.cate { width:40%; box-shadow: 10px 10px 5px #888888; padding:10px; background-color:#e6ffe6; }

La revue de sociologie lo-fi

Ajouter un article / Sommaire / Les rubriques

Titre: Les platanes de la faim
Auteur initial: Benjamin Grassineau
Création de l'article: 2015
Dernière modification de l'article: 08-06-2016 à 11:03
Rubrique: La revue de sociologie lo-fi
Etat de la rédaction: finalisé / Droit de rédaction: ouvert / Licence: Licence culturelle non-marchande






Si nous avons une crise alimentaire elle ne sera pas due à l'insuffisance du pouvoir productif de la nature, mais à l'extravagance du désir humain.

(...)

Mon opinion est que si 100% des gens étaient agriculteurs ce serait l'idéal. (...) Si chaque personne recevait un dixième d'hectare, cela ferait un demi hectare par famille de cinq, ce serait plus qu'assez pour faire vivre la famille pendant toute l'année.

Masanobu Fukuoka, La révolution d'un seul brin de paille. Une introduction à l'agriculture sauvage., Guy Trédaniel, 2015, pp. 130, 135.

Le mythe du sauvage en proie aux dures conditions imposées par une nature féroce et impitoyable est loin d'être révolu. Peu importe que des anthropologues l'aient depuis longtemps rejeté1, il continue quand même à distiller dans les esprits sa conclusion implacable : sans économie de marché, sans progrès technique, c'est la faim qui nous attend, le fléau de la famine.

Soit, mais regardons les faits - les faits bruts au sens de John Searle2.

De la nourriture, des terres, il y en a. Ce n'est pas ce qui manque ! Seulement, je ne peux les utiliser librement.

Voilà la réalité !

Je postule donc, à partir de mon expérience personnelle3, que le « problème de la faim » provient de l'impossibilité, d'origine physique4, légale et culturelle, d'accéder en toute liberté aux terres et à la nourriture disponible. En tant que pauvre, si je viens à mourir de faim, ce n'est pas parce qu'il n'existe pas de nourriture en stock, ni parce que la dureté de l'hiver aura miné mes récoltes ; c'est simplement que je n'ai pas accès aux terres et, éventuellement, aux espaces de stockage et de transformation des denrées alimentaires5.

C'est hélas aussi simple que ça. Le reste, je veux dire, les théories fumeuses sur les causes de la faim dans le monde, l'insécurité alimentaire, le miracle des OGM, la pénurie du phosphate, etc., c'est de la branlette universitaire...

La propriété privée : solution ou problème ?

Le pire, dans l'histoire, c'est que la seule solution qu'on propose à « mon problème » de pauvre - et qui fait l'objet d'un large consensus de l'extrême-droite à l'extrême-gauche - est la « propriété privée ». Pour résoudre mes aigreurs d'estomac, dues à mon jeûne forcé (auquel tous les bons chrétiens et humanistes compatissent douloureusement...), il faudrait que je sois propriétaire d'un lopin de terre pour y faire pousser mes carottes. Propriétaire signifie que je pourrai revendiquer un usage exclusif de la terre, et, de ce fait, en retirer les fruits de manière exclusive6.

Diable ! Comment n'y avais-je pas songé avant ! Sot que j'étais.

Mais finalement, pourquoi pas !

Il faut reconnaître, en effet, que l'institution de la propriété privée présente à priori au moins un avantage : « grâce à elle », je peux cultiver un lopin de terre en étant certain d'en récolter les fruits.

Sauf que c'est faux !

La propriété protège-t-elle véritablement les fruits de mon travail ?

Est-ce bien grâce à elle ? Et serai-je certain d'en récolter les fruits ?

Voici trois bonnes raisons d'en douter :

  • Le dispositif fonctionne très mal. Si bien qu'en réalité, il faut généralement protéger soi-même les fruits de son travail à l'aide de dispositifs annexes. En gros, c'est la loi de la jungle et adieu les certitudes de récolte !
  • S'il est vrai que je peux me faire piller mes aubergines par des maraudeurs, il ne s'agit en fait que d'un problème parmi d'autres dans l'ensemble des problèmes qui peuvent affecter ce processus miraculeux qui conduit l'aubergine de la graine à mon ventre. Les bactéries, les taupes, la grêle, les gelées tardives, une gueule de bois (?), une mauvaise coordination entre jardiniers, la difficulté à éloigner les amis gratte-la-faim de mon potager, le partage post-récolte, et nombre d'autres facteurs, entrent en jeu ! Pourquoi alors, se focaliser sur ce point précis : l'exclusion d'autrui de mon lopin de terre, alors même qu'il ne représente, dans les faits, qu'un risque minime ?
  • Il n'est pas certain que la version punitive, excluante et répressive de la propriété privée, soit véritablement utile pour protéger les fruits de mon travail. D'abord, tout le monde n'est pas forcément intéressé par mes cultures. Combien d'amandiers prolifiques jouxtent le bord des routes dans le midi et sont tout simplement ignorés. Ensuite, à supposer qu'il n'y ait pas de propriété privée, je suis persuadé qu'il me suffirait le plus souvent de préciser que je souhaite récolter les fruits de mon potager, pour dissuader la grande majorité des gens de me piller. Je sais que nous sommes dans un environnement dominé par le règne de la loi bête et méchante, mais il y aussi le dialogue ! Certes, il existe aussi des personnes butées et mal intentionnées. Mais il s'agit de cas particuliers, et ils n'ont donc pas force de loi. Enfin, je crois dans les faits et non les grands principes moraux ! Je veux bien admettre que la propriété privée soit un dispositif quasi-magique et super utile de protection des fruits du travail, mais alors, qu'on m'en apporte la preuve ! Qu'on m'amène sur la table une étude comparative détaillée, avec une société dotée du dispositif de la propriété privée et une société qui fonctionne sans lui. A partir de là, il sera peut-être possible de discuter sur des bases solides.

Un dispositif totalitaire

Évidemment, une telle preuve est très difficile à apporter. Ce qui, au delà du problème de recherche proprement dit, est la manifestation d'un élément primordial du dispositif. L'inefficacité de la propriété privée, sur laquelle je vais revenir dans un instant, est loin d'être son aspect le plus pervers ; le problème tient surtout au fait que le dispositif de la propriété privée ne se contente pas de protéger les fruits du travail ; il s'accompagne d'un dispositif plus global, systémique : l'intégralité de la terre est appropriée.

Dit autrement, la propriété privée est totalitaire. C'est une institution totalisante ! Elle est partout (sauf sur mer) ! Totalisante dans deux sens : a/ capacité d'exclure l'ensemble des usages à l'ensemble des personnes (ou du moins, à de larges catégories de personnes, par exemple, les non-résidents, les personnes hors-familles, etc.), b/ extension de cette capacité à l'intégralité des ressources.

Conséquence : si je ne suis pas propriétaire, je n'ai - librement - accès à rien ; du moins pour certains usages, et notamment les usages alimentaires.

Le premier point qui découle de cette dimension totalitaire de la propriété privée est donc qu'elle ne peut être une solution à mon problème de faim, puisqu'elle est à l'origine même de la pénurie des terres qui provoque ma faim.

Dit autrement, c'est une solution bien étrange qu'on me propose. On commence par me confisquer l'accès aux ressources naturelles, sans rien me demander ; puis on me force à être propriétaire, et de ce fait, à participer à la confiscation généralisée, afin de cultiver mon mini potager !

Qu'une telle entuberie ait autant de succès..., je dis Bravo !

Mais précisément, le caractère totalisant du dispositif est primordial dans son succès : il garantit la valeur de la propriété. L'accès à la propriété et son maintien nécessitent un investissement et confèrent des avantages sociaux significatifs, d'où la répugnance du propriétaire à l'idée que d'autres en disposent sans rien faire.

Pour autant, le lien entre les dispositifs de protection des fruits du travail et d'appropriation totale des ressources n'a rien d'évident. En effet, que les fruits du travail sur une terre soient protégés, n'implique nullement la nécessité que la terre soit intégralement appropriée.

Les parcs à huîtres illustrent bien cette situation. Ils protègent les fruits du travail, mais ils ne permettent pas de s'approprier le littoral7. Il est très probable, à ce titre, qu'historiquement les deux dispositifs aient été au départ largement déconnectés. D'un côté, des règles d'appropriation des terres et des ressources par la noblesse ; de l'autre, des règles d'usage et de partage des fruits du travail humain largement fondés sur la coutume.

Une solution inefficace d'un point de vue global

Passons sur ces aspects philosophiques. Il s'avère que d'un point de vue pratique, la solution de la propriété privée totalitaire appliquée au problème de la faim est absurde pour plusieurs raisons.

  • D'abord, parce qu'elle nécessite que tout le monde soit propriétaire. Or, cela suppose :
    • a/ Une économie de marché en parfaite santé pour redistribuer les ressources. Et on sait très bien qu'il n'en est rien ! Conséquence : nombreux sont ceux qui se retrouveront sans ressources alimentaires. Peut-on considérer ce fait comme allant de soi... ? De mon point de vue, c'est impensable.
    • b/ Une économie totalitaire et liberticide. Totalitaire, car tout le monde doit être propriétaire, et accepter cette règle. Liberticide, car elle induit potentiellement la confiscation systématique à très grande échelle de pans entiers du territoire (même le fait d'aller et venir devient prohibé) ; et parce qu'elle suppose l'application de dispositifs répressifs puissants et violents pour que le régime de la propriété privée fonctionne.
  • Ensuite, le fait de limiter ma source d'approvisionnement à la culture d'un petit domaine est extrêmement aléatoire et dangereux. Il est évident qu'une mauvaise année de culture, ou n'importe quel aléas, peut compromettre la survie de familles entières. Celles-ci ont donc nécessairement besoin de s'approvisionner ailleurs. Par exemple, en allant cueillir dans les bois.
  • Enfin, la propriété privée est une source considérable d'inefficacité.
    • Premièrement, la protection de la propriété privée coûte cher. Son fonctionnement nécessite un dispositif conséquent. Or, celui-ci est financé par... une ponction sur la propriété privée ! On tourne en rond : l'essentiel des fruits du travail est alloué au financement d'un dispositif censé protéger les fruits du travail8 ! Pire, une large part des fruits du travail, au moins pour les personnes à faible revenu (locution politiquement correcte), est allouée à l'acquisition de ressources dont la rareté est une conséquence directe de la propriété privée. Typiquement, le logement.
    • Deuxièmement, la planification ou le marché qui s'appuie sur la propriété privée ne permettent pas d'allouer correctement les ressources. Des pans entiers de territoire sont gelés, inaccessibles, uniquement parce qu'ils appartiennent à une personne privé ou morale (relevant de l'Etat ou non). Et pendant ce temps, des personnes sont sans terre, dans l'impossibilité de cultiver leur patates...9

La fausse solution marxiste

Sur ce dernier point, on notera qu'on confond, et je reprends là une idée bien connue, la propriété comme protection des fruits du travail (la culture des patates doit me revenir) avec la propriété comme protection de la rente (l'appropriation des ressources sert à tirer une rente grâce à la spéculation, la revente, etc.).

D'où la solution généralement préconisée par les rebelles marxistes (les durs travailleurs qui n'aiment pas les feignants qui s'enrichissent sans rien faire !) : la propriété doit être distribuée suivant l'usage que chacun en fait.

C'est illusoire pour deux raisons.

  • Premièrement, qui peut décider de l'usage optimal ? Selon quels critères ? Et qui va l'imposer ? En toile de fond, derrière ce partage, il y a..., la contrainte.
  • Deuxièmement, à l'instar des partisans de la propriété privée, les adeptes du partage planifié opère une simplification majeure ; il n'y aurait qu'un seul type de propriété qu'il faudrait généraliser partout et à tous : la propriété selon l'usage. Mais dans les faits, c'est un peu plus complexe. Les usages sont multiples et devraient correspondre à chaque fois à des modalités de partage distincts. On peut comprendre par exemple que l'occidental moyen ressente le besoin d'être « tranquille chez soi » ; et donc, que la capacité d'exclusion d'usage qui lui est conférée à cette fin, soit significative. Mais dans de nombreux autres cas, cette capacité devrait être limitée par un dosage entre ses intérêts et ceux des autres.

Je ne prétends pas, de ce point de vue, disposer d'une solution miracle. La propriété privée a peut-être des avantages ; par exemple, des aspects pacificateurs. De même que le marché10. Mais face aux effets pervers de la propriété privée, il me paraît urgent de réfléchir à des solutions alternatives.

Jardins routiers en libre-accès

Il existe à cet égard une solution simple et efficace qui a fait ses preuves : le libre-accès. Il s'agit d'un système de production fondé sur la maximisation de la liberté dans l'usage des biens. Concrètement, il offre la possibilité pour tous les usagers, sans discrimination (caractère ouvert), de contribuer librement à la production d'un bien, en ayant notamment accès aux ressources de « production » (outils et autres ressources) et à leur « consommation », quand il y a lieu de distinguer les deux.

Un dispositif d'échange fondé sur le libre-accès peut s'appuyer sur des initiatives privées. A l'heure actuelle, c'est d'ailleurs dans ce contexte que de tels systèmes prospèrent11. Mais il pourrait aussi s'appuyer sur une autre conception du bien public ; c'est à dire un bien public en libre-accès.

Appliquons ce principe au problème des ressources alimentaires. Notre postulat de départ est que la principale cause de l'insécurité alimentaire est la propriété privée, et, tout particulièrement, les aspects totalisants du dispositif.

On pourrait de ce fait affirmer que la solution réside dans la suppression de la propriété privée ! Seulement, ce n'est pas si simple (cf. plus haut) ! Je propose donc une solution adaptée aux dispositifs existants, simple, pragmatique, réalisable rapidement avec peu de moyens, et surtout, peu coercitive - du moins comparativement aux solutions actuelles.

Planter des arbres nourriciers le long des routes

Il existe en France, un réseau routier d'environ 1 million de kilomètres (hors autoroutes). La majeure partie de ce réseau est bordée d'arbres dont l'utilité alimentaire est faible - sauf exceptions, comme les tilleuls. En particulier des platanes !

Ces arbres ont des fonctions décorative (ils sont beaux), « circulatoire » (ils produisent de l'ombre), productive (ils produisent du bois) et alimentaire (ils produisent des fruits, de la sève, des feuilles potentiellement comestibles...).

Pourtant, légalement, seuls les deux premiers « usages » sont publics. On peut faire usage librement de l'ombre des arbres et de leur « esthétique ». En revanche, l'usage alimentaire et l'usage du bois sont sous clé ; ils sont la propriété de l'Etat - au sens large. Ajoutons que la fonction alimentaire est complètement dédaignée. Il est coutume de planter des arbres dits d'ornements.

C'est un tort. Une estimation rapide montre en effet que la plantation et l'entretien de vergers le long des axes routiers et des voies navigables (canaux, environ 10 000 km) couvrirait les besoins alimentaires des français en fruits.

Supposons que la longueur de plantation possible soit approximativement de 2 000 000 km. Comme vu plus haut, en effet, la longueur du réseau routier est de 1 000 000 km (et on peut planter des deux côtés). Certaines bordures de routes sont peut-être difficilement cultivables, mais cette perte est compensée par les pistes et chemins communaux qui ne sont (probablement) pas comptabilisés dans les statistiques sur la longueur des routes en France. Restons donc sur cette approximation.

Les arbres peuvent être plantés avec un espacement de 10 m en moyenne, pour permettre une culture en haute-tige12. Ce qui implique une moyenne de 100 arbres / km. Soit en tout (2 000 000 x 100) 200 000 000 arbres fruitiers. Si l'on suppose qu'un arbre fruitier produit en moyenne 50 kg de fruits par an, la production totale de fruits peut être estimée à 10 milliards de kilos par an. Soit 10 millions de tonnes.

Chaque personne disposerait ainsi potentiellement de 150 kg de fruits par an (10 millions de tonnes / 60 millions de personnes). La consommation en fruits et légumes étant en moyenne de 200 kg / an13, et celle de fruits, d'environ 80 kg14, les besoins en fruit seraient largement couverts !

Certes, il s'agit d'une approximation. L'espacement étant très variable suivant les catégories d'arbres (un noyer demande beaucoup d'espace), de même que le rendement.

Il faut ajouter que les autres usages des arbres demeureraient. Le bois de noyer par exemple est d'excellente qualité. Quant au prunier, il procure un très bon bois de chauffage. Quant à l'aspect décoratif, il demeurerait présent. Certes, la fonction du point de vue « transport » serait peut-être moindre, mais elle ne serait pas totalement absente. Les arbres fruitiers pourraient protéger les routes du vent.

La mise en oeuvre et les limites du dispositif.

Réfléchissons aux aspects concrets du dispositif.

En premier lieu, les variétés et les espèces pourraient être plantées de manière à ce que la récolte soit étalée tout au long de l'année. Les pommiers peuvent par exemple donner des fruits du printemps à l'hiver15. On pourrait également en profiter pour planter des variétés de fruits rustiques ; ainsi, ces plantations garantiraient une meilleure conservation de la biodiversité. La pratique de la polyculture aurait d'autre part une fonction indirecte forte : elle limiterait les catastrophes sanitaires qui touchent régulièrement les plantations monospécifiques et génétiquement pauvres d'arbres ornementaux comme l'orme ou le platane.

Il est intéressant de souligner qu'il s'agit là de deux pratiques, usages ou fonctions, qui se renforcent. Ce qui n'est pas le cas de tous les usages. Dans certains cas, ils se renforcent, dans d'autres, ils s'opposent. Typiquement, l'usage fruitier, qui suppose une taille de l'arbre, peut entrer en concordance avec l'usage alimentaire, et l'usage circulatoire. L'usage « récolte du bois » entre par contre en concurrence avec l'usage alimentaire et l'usage décoratif ; mais le conflit entre les usages peut évoluer avec le temps, les modalités d'usage, bref, avec le contexte. Un arbre trop vieux peut peut-être en contaminer d'autres. Il faut alors le couper !

Cela dit, les conflits entre les usages pourraient parfois devenir problématique. Il faudrait alors pouvoir établir une sorte de classement hiérarchique des usages. En premier lieu viendrait évidemment l'usage circulatoire, car il s'agit de la fonction propre de la route. Puis, on pourrait positionner en deuxième l'usage alimentaire, pour les raisons invoquées plus haut.

Autre conflit d'usage qui vient tout de suite à l'esprit : la pollution générée par le transport rendrait les fruits impropres à la consommation. Naturellement, l'argument est de taille. Il n'en demeure pas moins qu'il n'est aucunement décisif. Doit-on renoncer à consommer les fruits de la nature en avançant un irresponsable droit à polluer ? Il me semblerait plus juste, en la matière, de traquer systématiquement la pollution du transport automobile ou fluvial par des mesures d'envergure.

Un des aspects centraux du dispositif serait la gratuité totale dans l'usage des fruits des arbres. De plus, le dispositif serait libre d'accès et ouvert ; c'est à dire que tout un chacun pourrait contribuer à l'entretien des arbres, au jardinage, et à la récolte.

Le dispositif serait à ce titre accompagné d'outils facilitant la récolte et le jardinage (échelles publiques !).

On me rétorquera que l'ouverture et la gratuité du dispositif sont précisément sa faiblesse, dans la mesure où elles pourraient induire :

  • Un non-respect dans la hiérarchie des usages (certains couperaient par exemple des arbres non matures !).
  • Des dégradations volontaires ou involontaires (branches cassées).
  • Des conflits lors de la récolte des fruits (les meilleures zones de récolte seraient plus courues).
  • Des comportements opportunistes (récolte pour la revente) et/ou des comportements d'accumulation disproportionnés par rapport aux besoins.
  • La rareté des ressources.

En fait, ces problèmes sont déjà courants dans un des rares milieux ouverts présent sur le territoire français : le littoral maritime ; avec comme usage prioritaire, la pêche, et en particulier la pêche à pied. Celui-ci peut donc nous servir de modèle en première analyse.

Or, deux constats:

  1. Si les dispositifs mis en place pour résoudre les problèmes énumérés plus haut sont d'une efficacité variable, il n'empêche que la pêche à pied non-professionnelle en milieu ouvert fonctionne. On observe bien des dégradations involontaires, par exemple, les pierres retournées sans être remises en place, une surpêche ponctuelle, mais des dispositifs relativement simples et peu coûteux de prévention ou de répression (quotas) fonctionnent assez bien16. Loin de moi l'idée que la pêche à pied non-professionnelle ne génère pas des dégâts environnementaux, mais, en définitive, hormis quelques zones particulièrement courues, ceux-ci sont minimes et la pêche remplit une fonction alimentaire non négligeable. En outre, la plupart des études dont j'ai eu connaissance ne sont guère concluantes ; qui plus est, elles sont entachées de failles méthodologiques, comme, dans certains cas, l'absence de distinction concrète entre les effets environnementaux de la pêche d'auto-production et la pêche marchande17.
  2. L'impact environnemental majeur provient indéniablement des usages marchands du littoral. Les dégâts de la pêche, de l'aquaculture et de la conchyliculture marchandes, quelque soit l'échelle de production, sont sans commune mesure avec les pratiques dites « récréatives » - que j'appellerai plus volontiers d'auto-production. C'est frappant dans le cadre de l'ostréiculture le long des côtes charentaises qui génère une pollution significative, tout en s'appropriant une large superficie de l'estran. A ce sujet, il est d'ailleurs pathétique d'observer que la majeure partie des études traitant des impacts environnementaux de la pêche ou de l'aquaculture se focalisent sur les pratiques non-marchandes. Pourtant, si l'on compare la pollution générée par la pêche à pied et l'ostréiculture, le constat est sans appel ! Les ostréiculteurs ravagent l'estran avec des tracteurs énormes, déversent des tonnes de plastique qui viennent s'échouer sur les plages (élastiques, bourriches, supports métalliques...), rejettent des eaux de culture directement dans la mer, etc. Et personne ne semble s'en soucier ! Après une recherche sur le Web18, je n'ai trouvé aucun rapport qui soulève le problème.

Pseudo-digression sur le thème du complot contre l'économie non-marchande.

Cette asymétrie entre l'abondance des rapports qui dénoncent les pratiques non-marchandes et la rareté de ceux qui dénoncent les pratiques marchandes, est à mon avis trop prégnante pour n'être qu'une simple coïncidence ! Bien sûr, je n'invoquerai pas une théorie du complot ostréicole pour l'expliquer ! Mais je ferais volontiers l'hypothèse qu'elle révèle une représentation collective bien marquée, qui imprègne fortement les milieux décisionnels : le non-marchand, la gratuité, l'ouverture, sont suspects et constituent une menace envers les intérêts marchands.

Reprenons l'exemple des jardins routiers. Pourquoi les arbres fruitiers sont-ils si rares le long des routes - et dans les espaces publics en général ? Est-ce parce que le « régulateur public » n'y a jamais pensé ? Ou est-ce plutôt parce que ce sont des arbres réputés fragiles et ayant une espérance de vie réduite ? Ou bien parce qu'ils posent des problèmes divers : hygiène, sécurité le long des routes, fruits pourris au sol, conflits entre voisins, etc.

Ces trois hypothèses me paraissent personnellement peu crédibles. Supposons que le régulateur public ait complètement ignoré l'intérêt de planter des fruitiers dans les espaces publics - hypothèse forte - et qu'il ait donc planté les espèces « au hasard », disons parmi un ensemble d'espèces considérées comme courantes, il devrait y avoir, statistiquement parlant, une part non-négligeable d'arbres fruitiers. Or il n'en est rien. Et de toute façon, il faut rappeler que certains lui ont déjà suggéré - l'idée est même assez banale. On se souvient par exemple de l'appel aux maires de France de Bernard Moitessier à planter des arbres fruitiers19. Par ailleurs, de nombreux arbres fruitiers sont réputés très résistants et dotés d'une grande longévité : pruniers, châtaigniers, noyers, etc. Quant à la robustesse des arbres ornementaux, comme le platane, elle a ses limites. Il suffit d'observer le triste spectacle des platanes sur le canal du midi décimés par le chancre coloré. En cause ? La monoculture évidemment ! Enfin, comme le montre l'exemple du littoral, les problèmes induits par des ressources ouvertes et gratuites peuvent généralement être solutionnés. Les rares arbres fruitiers localisés dans l'espace public dont j'ai connaissance ne créent rigoureusement aucun problème d'envergure. Au pire, quelques plaintes de voisins habitués à râler !

Mais le fait a son importance, car je ne suis pas persuadé qu'une telle mesure serait véritablement populaire. Par expérience, je sais que la glane dans l'espace public n'est pas toujours bien vue - légalement parlant, d'ailleurs, sur terre, elle nécessite au préalable une autorisation -, notamment parce que le glaneur profite gratuitement de ressources qui, pour ceux qui n'osent pas en faire de même, sont payantes ; ou, s'ils sont propriétaires de fruitiers, constituent un privilège. De plus, les fruitiers sont effectivement considérés comme salissants ; et ceux qui ne conçoivent pas qu'on puisse en récolter les fruits dans l'espace public peuvent n'y voir que des nuisances. Mais ces arguments ont leurs limites. A commencer par le fait que dans les démocraties parlementaires, des mesures impopulaires sont régulièrement prises au nom de principes plus fondamentaux - c'est bien pour cette raison qu'elles se fondent sur des constitutions ! Quant à la nuisance générée par les fruitiers, elle me laisse sceptique. Elle est négligeable par rapport au bruit et à la pollution générée par l'automobile et dépend des espèces - certaines espèces pourraient donc être sélectionnées. De plus, les arbres d'ornement sont souvent salissants et nécessitent un entretien régulier (songeons aux feuilles de platane...). N'oublions pas, dans le fond, que la limite entre un arbre nourricier et un arbre d'ornement est avant tout conventionnelle.

Certaines de ces hypothèses gagneraient à être approfondies par des recherches historiques et sociologiques qui permettraient de les invalider ou de les corroborer ; on disposerait ainsi d'une vue globale d'un dispositif, qui permettrait peut-être d'en comprendre les caractéristiques, et notamment, le cas échéant, son caractère ouvert/fermé, gratuit/payant. Mais je m'arrête tout de suite. Sans nier l'intérêt d'une approche qui se focalise sur des cas particuliers, singuliers, il serait dommage de s'en tenir là et de renoncer à établir une théorie générale des dispositifs publics.

Faut-il supposer que chaque dispositif a son histoire, sa propre logique, sa propre autonomie, autrement dit, sa capacité à déterminer ses propres caractéristiques ? Si oui, alors, les caractères ouvert, participatifs et gratuit des dispositifs devraient être distribués aléatoirement - ou soumis à des cycles historiques. Ou encore, faut-il considérer qu'ils sont induits par leurs propriétés « naturelles » ? Je fais référence par là aux tenants des théories de l'économie de la régulation publique, qui - je suis bien forcé de l'admettre malgré les désaccords de fond que je nourris envers leurs idées - ont le mérite d'avoir défriché le terrain. Pour résumer, le caractère gratuit d'un service, d'une ressource, serait lié à deux de ses propriétés physiques : rivalité d'usage et excludabilité d'usage - ou encore, lié au fait qu'il génère des effets externes. En fait, hormis pour quelques biens et ressources dont le caractère gratuit est clairement relié au fait qu'il est non excludable - l'air à la rigueur - cette théorie n'explique pas grand chose. Le problème est qu'on vend bien de l'air ! L'inventivité humaine, à cet égard, est illimité lorsqu'il s'agit d'ériger des barrières pour accéder à une ressource, ou pour transformer des ressources de manière à les rendre payantes !

Il me paraît plus simple et réaliste de supposer qu'il y a à l’œuvre, derrière le processus de privatisation des dispositifs et de fermeture de l'accès aux ressources, l'influence des producteurs de la ressource, notamment lorsqu'ils sont structurés en corps professionnels et lorsqu'ils vendent directement ou indirectement - cas du financement par l'impôt - les ressources qu'ils transforment ou possèdent20.

Concrètement, la plantation d'arbres fruitiers dans l'espace public constitue potentiellement une menace pour l'arboriculture fruitière et pour les propriétaires en général. S'agit-il d'une menace réelle ? Cette question est presque accessoire ; il importe surtout que les producteurs considèrent que la gratuité, le libre-accès, et l'ouverture de la profession, agissent comme des menaces !

Peut-on dire qu'il s'agit là d'une théorie du complot ? Peut-être. Mais ce serait véritablement le cas si les forces déployées étaient de nature occulte. Or, ce n'est assurément pas le cas !

Je distinguerai trois cas de figure.

  • Premièrement, la fermeture peut découler d'une stratégie professionnelle plus ou moins transparente. Par exemple, les manœuvres de l'industrie culturelle pour fermer l'accès aux contenus culturels - rendus aisément disponibles depuis l'éclosion du haut-débit -, se font à ciel ouvert. Ce qui n'est guère surprenant, car le but est en partie d'orienter l'opinion publique, pour faire peur aux mélomanes ou tenter de les apitoyer sur le sort des pauvres musiciens.
  • Deuxièmement, la fermeture s'inscrit dans un contexte idéologique pro-marchand ou pro-fermeture au sens large. Deux cas peuvent se présenter.
    • Soit on observe une opposition globale, reposant sur des intérêts relativement clairs, à un processus de démarchandisation ou d'ouverture, tout simplement parce que la grande majorité des personnes y est hostile. Par exemple, bien que je ne dispose pas de preuve pour l'affirmer, les mesures contre les chiens qui conduisant à la fermeture de l'accès à des espaces qui leur étaient auparavant accessibles, sont globalement bien acceptées.
    • Soit la fermeture s'inscrit dans un processus idéologique complexe : construction d'une expertise, croyances liées à un contexte religieux, etc. Il n'y a alors pas d'opacité formelle, mais plutôt une opacité de fond qui ne peut être réduite que si l'on parvient à mettre en relief des processus de construction et de diffusion des opinions, des croyances. Mais c'est une entreprise scientifique complexe et délicate.
  • Troisièmement, on ne peut exclure l'influence de l’État et de ses protagonistes sur les processus de fermeture et de marchandisation. Car l’État est partie prenante dans l'affaire : un marché est une source de revenus directs, via la taxation, et indirects, via la création de dispositifs de contrôle du marché qui sont sources de revenus, d'emplois, etc., et qui créent donc une nouvelle « profession » potentiellement encline, à son tour, à œuvrer pour pérenniser l'activité marchande dont elle est désormais dépendante. Mais, même si les exemple ne manquent pas, il est parfois difficile de mettre en évidence cette influence, car les décisions de l’État sont généralement obscures, complexes, opaques - il faudrait presque réaliser, à chaque fois, une enquête sociologique approfondie pour espérer en démonter les rouages.

Dans les faits, il est bien entendu exceptionnel que les déterminants du processus de fermeture soient exclusifs. Un peu d’État, un peu d'expertise, un peu d'idéologie, un peu de lobbies, concourent sans relâche à restreindre toujours un peu plus l'étendue de nos libertés individuelles... Néanmoins, l'influence des professions est déterminante, observable et compréhensible, au sens où ses motifs paraissent relativement « logiques ». A l'inverse, les déterminants idéologiques sont souvent nettement moins clairs et laissent la place à des interprétations fragiles. Derrière le masque religieux, combien d'auteurs ont cru percevoir un intérêt économique latent, qui agit en sourdine, en arrière-plan ?

Mais je traiterai de ces points de manière plus approfondie dans un prochain article. Et j'en reviens donc, après ce détour, à nos fameux platanes.

Les platanes de la faim

Voici ma conclusion : le problème de la faim n'est qu'un mythe que nous inventons pour nous dédouaner et nous rassurer. Nous commençons par créer les conditions de la faim, en créant une pénurie artificielle, puis nous inventons des « problématiques », de nouvelles techniques, des solutions censées fonctionner, pour le résoudre.

La monotonie des platanes qui jouxtent le bord des routes du sud de la France, démontre à quel point ce mythe est puissant. Alors que la Route pourrait être ouverte, polyvalente, dédiée à de multiples usages, elle s'est mutée en « axes routiers » dévoués à un usage exclusif : se rendre d'un point A à un point B, c'est à dire, faire la liaison entre des agglomérations urbaines devenues invivables. Ces axes sinistres sont générateurs d'une pollution considérable qui se fait au détriment d'espaces de vie, de paysages, d'espaces naturels qui ne peuvent que subir passivement leurs tracés destructeurs.

Les platanes, dressant leur masse imposante, écrasent par leur rectitude toute fantaisie humaine et végétale. Ils sont là, bien en place, tristes reflets d'une modernité dépassée que seuls les nostalgiques et les traditionalistes voudraient conserver. Ils projettent leur ombre morbide et macabre sur les rares exclus de la civilisation routière qui subsistent encore, péniblement, en arpentant les routes et en levant le pouce. Morbide, car elle rappelle la contradiction maladive dans laquelle nos sociétés se sont enlisées : la faim n'est que la conséquence directe de l'appropriation de l'espace public par des corps professionnels et des propriétaires. Ombre macabre car elle n'est certainement pas destinée aux marginaux. Ils peuvent bien périr sous la cagnasse ! L'ombre est réservée au marché automobile, à la gloire du goudron et du bitume, à la gloire du progrès et du commerce ; ce n'est qu'un pur effet externe si elle sert encore aux quelques rares marginaux qui se refusent avec entêtement à ne voir dans la Route qu'une institution destructrice et funèbre, qu'un cimetière à ciel ouvert, dont les platanes ne sont, en définitive, que les stèles érigées en souvenir de nos libertés défuntes !

 

1 Voir Marshall Sahlins, Âge de pierre, âge d'abondance : L'économie des sociétés primitives, Gallimard,‎ 1976.

2 La construction de la réalité sociale, Gallimard, 1998.

3 Pour ceux que la méthodologie intéresse, j'inscris une partie de ce texte dans la tradition de la sociologie phénoménologique, dans l'idée de m'extraire du « monde comme allant de soi ». D'où mon recours à la première personne.

4 Murs, barbelés, pièges, etc.

5 Ou encore, troisième possibilité, parce que mon état physique et/ou mental m'empêche de me sustenter normalement.

6 Et, précisons-le, il s'agit de la seule solution concevable. Toute autre solution est moralement ou légalement répréhensible !

7 Ils ne sont pas pour autant exempts d'effets pervers. A signaler, par exemple, l'interdiction formelle de pêcher à pied aux alentours...

8 Une partie tout au moins. Voir pour exemple cet article.

9 Il n'empêche, nous voilà contraints d'être propriétaires pour bénéficier de ce que la nature nous offre ! Mais j'insiste ! En y réfléchissant, qu'une telle contrainte nous soit imposée dès notre naissance sur Terre est quelque chose de sidérant ! Mais que peut-on y faire ? Pour l'instant, pas grand chose ! Si ce n'est refuser le discours. Ce qui est déjà un premier pas vers la liberté ! Pourquoi devrions-nous croire une mafia qui nous promet une protection des fruits de notre travail, alors qu'elle nous en ponctionne une large partie ?!

10 J'ai pu observer, par exemple, sur une zone de gratuité, un conflit entre deux personnes pour s'approprier un objet (un landau). J'en avais déduit, un peu vite, qu'une vente avait au moins l'avantage d'éviter ce type de conflits. Seulement, après réflexion, j'étais dans l'erreur. En effet, ce qui entre en jeu, c'est la règle d'échange et non la nature de l'échange (marchand, don, contraint...). Une vente peut très bien provoquer un conflit entre des acheteurs en concurrence. Et, une vente aux enchères a précisément précisément pour effet de réguler pacifiquement cette concurrence.

11 Je fais ici référence aux initiatives issues de la culture libre

12 http://verger.comprendrechoisir.com/comprendre/plan-de-verger

13 Voir http://www.eufic.org/article/fr/expid/Consommation-fruits-legumes-Europe/, http://www.fondation-louisbonduelle.org/fileadmin/user_upload/docs/Files/France/La_fondation/Fond_actions/rencontres-flb-2010/determinants-obstacles-consommation-fruits-legumes-p-combris-fondation-louis-bonduelle-juin-2010.pdf et http://www.franceagrimer.fr/content/download/30913/276353/file/2013-bilan%20achats%20de%20fruits%20et%20l%C3%A9gumes.pdf

14 Déduit de http://www.versailles-grignon.inra.fr/Toutes-les-actualites/201302-legumes-transformation-alimentation

15 http://www.pommiers.com/pomme/pommier.htm

16 On pourra lire au sujet de la pêche à pied - cette forme de glanage légale et peu institutionnalisée - l'étude suivante : Noëlie Debray, Etude de l’activité de pêche à pied récréative en Baie de Bourgneuf, Université de La Rochelle, 2012. Voir aussi Journées Nationales Pêches Récréatives : Connaissances et suivis des pratiques aspects méthodologiques, 16 et 17 mars 2010, Rochefort, Toni Font et al., La pêche de loisir dans les aires marines protégées de méditerranée, 2012, WWF France.

17 Ces points demanderaient un approfondissement, mais cela nécessiterait un autre article !

18 Google, en essayant plusieurs mots-clés. Google Scholar n'est pas non plus loquace sur le sujet.

19 Voir Bernard Moitessier ou la longue route, posté par Armelle Barguillet le 4/2/2009 sur Esprit Libre. Il déclarait à ce sujet : Planter des arbres fruitiers c'est à un niveau modeste, symboliquement en tout cas, participer à la création du monde. Dans certains cas, les produits de ces arbres pourraient apporter une aide morale et parfois physique, quasi miraculeuse aux populations. En tout cas, ça ne peut pas faire de mal. L'arbre fruitier est le symbole même de la convivialité (voir référence suivante). En effectuant des recherches, je constate aussi qu'il y a au moins un cas médiatisé de mairie hostile à l'idée, La guerre des cerises aura-t-elle lieu ?, 2000, Le Télégramme.

20 Notons que le plus souvent, dans le cadre de la gratuité d'Etat, la ressource est gratuite car elle est difficilement vendable, indirectement financée et sa consommation par autrui confère des bénéfices au producteur. C'est le cas des biens culturels mais également des biens dont l'équivalent « sauvage », non-marchand, est proscrit par l'Etat : toilettes publiques, eau gratuite, médecine conventionnelle, etc.




Ajoutez un commentaire:

Auteur:

Pas de commentaires pour le moment

Le contenu du site Le poulpe à lunettes, espace de recherche conviviale sur les échanges non-marchands, l'autoproduction et la culture libre, sauf mentions contraires, ainsi que toute nouvelle contribution à ce site, est sous licence culturelle non-marchande.
Site gratuit, sans publicité, à but non lucratif, ouvert à tous ceux qui souhaitent effectuer des recherches sur les échanges non-marchands et la culture libre ou simplement partager leurs savoirs et savoir-faire. Construit avec PmWiki et hébergé par Toile Libre.