GratiLab, laboratoire de science citoyenne sur la gratuité, le DIY et la culture libre

>Inscription<

>Connexion<

Participer

La fabrique

Le bistro


Suivre...
le sitela pagela rubrique
Blog /

Que faire si vous ne souhaitez pas que vos affaires d'occasion soient revendues... ?

Le journal de la culture libre et du non-marchand

Ajouter un article

Titre: Que faire si vous ne souhaitez pas que vos affaires d'occasion soient revendues... ?
Auteur initial: Benjamin Grassineau
Création de l'article: 27-01-2020 14:08
Dernière modification de l'article: 27-01-2020 14:08
Rubrique: Le journal de la culture libre et du non-marchand
Etat de la rédaction: ébauche / Droit de rédaction: ouvert / Licence: Licence culturelle non-marchande






Il s'agit d'un questionnement et d'une revendication qui sont récurrents chez les usagers des espaces de gratuité. Bon nombre d'entre eux ne souhaitent pas que les affaires qu'ils donnent soient revendues.

Il est important de souligner qu'il ne s'agit pas de la seule attitude possible. L'observation montre que certains y sont indifférents, notamment quand ils sont dans une logique de « don pour se débarrasser ». Je n'ai pas encore établi quelle est la proportion de personnes hostiles à la revente et l'intensité de l'aversion qu'ils éprouvent. Néanmoins, c'est un sentiment très souvent exprimé. De même, le profil des personnes hostiles est assez variable mais en fonction de ce que j'ai pu observer, je dirais, à titre d'hypothèse, que cette préoccupation est exprimée tout particulièrement par les catégories d'usagers suivantes (indifféremment donneurs ou receveurs) :

  1. Usagers pratiquant ou ayant déjà pratiqué des formes d'échanges alternatifs, comme les sélistes. L'hostilité envers la revente correspond alors à une forme de militantisme anti-marchand).
  2. Usagers impliqués dans la maintenance d'un espace de gratuité. Le sentiment d'injustice est alors nourri par l'impression de « travailler gratuitement pour le compte d'autrui et non pour le bien commun ».
  3. Usagers imprégnés de la culture du don caritatif : le don devrait alors être utilisé à bon escient pour secourir les indigents.
  4. Usagers fréquentant le milieu de la revente : l'hostilité peut alors, probablement, être alimentée par une rivalité d'usage latente ou par le sentiment de « se faire avoir ».
  5. Usagers qui utilisent le lieu pour des besoins autres que mercantiles : à l'origine du ressentiment se trouve généralement une rivalité d'usage avec les revendeurs.

La diversité des profils d'usagers mécontents laisse poindre une difficulté une, dont certains,

. Que faut-il leur répondre ? Faut-il prendre des mesures allant dans le sens d'une limitation de la revente ? Quels sont les effets et quelle est la réalité de la revente ?

Voici quelques pistes de réflexion et d'action pour repenser le problème ou trouver des parades aux zaffreux revendeurs qui sévissent dans les lieux où tout est gratuit.

Renverser le problème

Quid de la revente ?

Envisager la question à travers la dynamique des biens, des statuts et des échanges.

Actions individuelles

Stratégie de non-consommation

Stratégie de libération des objets

traçabilité, usage

Actions inter-individuelles ou organisationnelles

Le rationnement

Le retour à l'envoyeur

Actions globales

Interdiction de la revente Interdiction de jeter des affaires fonctionnelles.




Ajoutez un commentaire:

Auteur:

Pas de commentaires pour le moment

Le contenu du site GratiLab, laboratoire de science citoyenne sur la gratuité, le DIY et la culture libre, sauf mentions contraires, ainsi que toute nouvelle contribution à ce site, est sous licence culturelle non-marchande.
Site gratuit, sans publicité, à but non lucratif, ouvert à tous ceux qui souhaitent effectuer des recherches sur les échanges non-marchands et la culture libre ou simplement partager leurs savoirs et savoir-faire. Construit avec PmWiki et hébergé par Toile Libre.