Laboratoire indépendant de recherche conviviale sur l'auto-production, la gratuité et la culture libre
∏ - À propos / Fonctionnement \ Admin - ∃ - Collecter des données / Évaluer \ Publier / Discuter \ Décider / Les contributeurs - ∈ - La Fabrique / Recherches \ Textes / Blog \ En chantier / La gratuiterie - ∑ - Le Boomerang / CEDREA \ Entrez sans payer / nonmarchand.org
Autoproduction / Culture libre / Économie non-marchande / Libertés / Recherche conviviale / Critique de la science économique / Critique de l'économie marchande alternative / De tout et de rien
La fabrique - Blog / Textes
Textes sur l'économie non-marchande et la culture libre
Articles en tout genre... que l'on peut librement diffuser, modifier, publier, discuter et évaluer.

Vue - Éditer - Historique - Imprimer -

Inscription - Connexion

Ajouter un article

J'ai commencé un boulot de distributeur de publicité

Auteurs: Ibubolo (voir aussi l'historique)
Création de l'article: Juin 2022
Etat de la rédaction: finalisé
Droit de rédaction: fermé
Licence: Licence culturelle non-marchande


Création de la page: 06 novembre 2022 / Dernière modification de la page: 25 mai 2024 / Créateur de la page: ibubolo



Résumé: Auto-défense de l'exercice de boulots débiles mais sans charge mentale


Catégories: De tout et de rien

J'ai commencé un boulot de distributeur de publicité dans les boîtes aux lettres depuis deux semaines. Si j'éprouve un malaise au sujet de ce boulot, ce n'est pas à cause de ce boulot en lui-même, mais du fait du regard négatif en réaction à cela, émanant de mon entourage. Ce regard est emprunt de pitié, parfois de désapprobation. J'aurais aimé une telle unanimité dans la négativité quand je faisais un boulot de codeur informatique ou d'ingénieur. A l'époque je me sentais coincé dans ce genre de tâches, consistant à faire augmenter la productivité des gens, et ce dans un contexte où je ne côtoyais que des salariés ayant fait des études supérieures. Dans ce genre de milieu, on se pense un peu privilégié. Non loin de mon ancienne boîte il y avait des camionnettes le long des routes où officiaient des prostituées, et mes collègues se sentaient loin de cela, à l'abri de façons de gagner de l'argent jugées indignes. De mon côté, une grosse partie de ma souffrance au travail émanait du hiatus entre l'obligation de paraître motivé et la réalité de ma motivation profonde, qui était que j'étais là par absence d'alternative pour gagner des euros. J'ai fini par me faire virer pour vivre un temps des allocations chômage, jusqu'à être confronté au manque d'argent à nouveau.

Nous sommes des « travailleurs libres » écrivait Marx, et cela signifie que nous ne sommes pas attachés à un maître, une communauté ou un lieu. Notre force de travail est disponible à la vente, et cette liberté est une fiction juridique nécessaire pour contractualiser avec un employeur ou un client.

Cette liberté de contracter, institution nécessaire au capitalisme, nous fait croire que c'est un choix de faire tel ou tel type de travail. Mais l'éventail de ce choix, si jamais il fallait le revendiquer, est de toute façon un privilège de ceux qui ont fait un peu d'étude, qui ont la bonne couleur de peau, qui ont des papiers ou qui habitent les bons quartiers. Je pense que dans des milieux plus modestes, personne n'aurait rien à redire au fait de distribuer de la pub pour ramasser quelques euros. De mon côté, je peux sans doute me faire embaucher pour quantité de boulots différents, mais à l'intérieur d'un choix vraiment restreint. Par exemple, quitte à courir partout dans une hâte permanente plusieurs heures d'affilées, je préférerais me rendre utile dans les services d'urgence d'un hôpital. Mais je n'ai aucune des qualifications requises pour cela, et je suis lassé de toutes ces années de formation derrière moi. De plus, je ne veux pas travailler à plein temps, ou plutôt si j'en étais obligé, je pense que je (re)deviendrais très vite une personne aigrie et déprimée. Je tente donc de vivre avec le minimum d'argent possible pour travailler le moins possible. Et je souhaite dans la mesure du possible compartimenter les choses en réservant un temps dédié et limité dans la semaine réservé au gain d'euros.

Aussi dans ce boulot de distributeur de pub, j'ai pu découvrir et apprécier ce que je n'avais pas du tout observé dans mes boulots plus qualifiés. L'absence de fierté et la modestie des gens, même de la part des responsables, qui directement auto-critiquent l'activité de la boîte. Il est vrai que la distribution de pubs en boîte aux lettres est sur la sellette, tellement elle est illégitime, et que bientôt elle disparaîtra sans doute complètement. Ceci dit, c'est la première fois aussi dans mon boulot et pratiquement dès mon arrivée, des gens parlent de faire grève et de bloquer le dépôt. Socialement c'est un univers où je me sens beaucoup plus à l'aise car j'y retrouve ce que je cherche ailleurs. Malheureusement ce n'est pas un boulot éthique, il est non seulement peu utile socialement, mais injustifiable écologiquement parlant, avec ces tonnes de papiers imprimés à peine consultés avant de rejoindre la poubelle. Les personnes âgées peuvent en être friandes toutefois, et dans les immeubles de logements sociaux, je ne vois que très peu de « stop pub » sur les boîtes aux lettres. Ce papier publicitaire est indéniablement une source d'information pour qui veut optimiser son budget courses. Cela ne justifie pas pour autant ces tonnes de papier que nous distribuons chaque semaine.

Il est clair que pour moi, la seule chose qui justifie ce boulot c'est l'argent, et ma volonté de ne pas compromettre ma subjectivité dans des boulots où l'on me demandera d'être motivé pour l'exercer. Ici, il n'est pas question de défendre un métier, un outil de travail, une éthique professionnelle ou une entreprise. Et c'est heureux. Et ça devrait l'être partout et pas seulement dans la distribution de pubs. Ici, la seule issue positive d'un mouvement social à mes yeux est de foutre le feu à ces dépôts, à condition toutefois de ne pas s'arrêter là. Car j'aimerais bien m'adresser aux personnes qui font un boulot plus acceptable à leurs propres yeux, c'est-à-dire ni totalement nuisibles ni totalement futiles, mais quand même un peu. Ce sont des boulots utiles dans cette société-là, mais insensés dans une société décente. Tant que notre subsistance de base restera fondée sur la vente de notre temps de vie, et bien plus encore quand nous y pensons en dehors de ces heures, ce sera toujours l'exploitation qui gouvernera nos prétendus choix. Tant que nous ne commencerons pas à construire un socle de subsistance inconditionnel et débarrassé de l'argent, les discussions éthiques sur le travail ne resteront qu'un bavardage entre gens privilégiés. Tant qu'on en est à se juger les uns les autres sur nos prétendus choix de vie, en fermant les yeux sur les règles sociales qu'il faut changer pour réellement avoir le choix de ne pas aller collectivement dans le mur, on ne fait que propager et reproduire notre propre aliénation à la marchandise.


Suivre...
le sitela pagela rubrique



Le contenu du site GratiLab, laboratoire de recherche conviviale sur la gratuité, le DIY et la culture libre, sauf mentions contraires, ainsi que toute nouvelle contribution à ce site, est sous licence culturelle non-marchande.
Site gratuit, sans publicité, à but non lucratif, ouvert à tous ceux qui souhaitent effectuer des recherches sur les échanges non-marchands et la culture libre ou simplement partager leurs savoirs et savoirs-faire. Construit avec PmWiki.