GratiLab, laboratoire de science citoyenne sur la gratuitť, le DIY et la culture libre

>Inscription<

>Connexion<

Participer

La fabrique

Le bistro


Suivre...
le sitela pagela rubrique
Blog /

Vote et auto-critique sur Wikipédia

La revue de sociologie lo-fi

Ajouter un article

Titre: Vote et auto-critique sur Wikipédia
Auteur initial: Benjamin Grassineau
Création de l'article: 2006
Dernière modification de l'article: 14-02-2016 à 22:15
Rubrique: La revue de sociologie lo-fi
Etat de la rédaction: finalisé / Droit de rédaction: ouvert sur invitation invités: \Test / Licence: GFDL






Essai initialement publié sous Wikipédia. 1 et 2

Toute communaut√© g√©n√®re son lot d'insatisfaits, de m√©contents et de protestataires. Si il est certain qu'on ne peut toujours leur donner raison, il faut reconna√ģtre que les arguments qu'ils avancent sont souvent loin d'√™tre absurdes ou faux. Ils critiquent g√©n√©ralement les travers d'une organisation en pleine connaissance de cause, et en consid√©rant qu'ils ont de bonnes raisons de le faire. Il est donc rare qu'ils remettent en cause les r√®gles √©tablies dans le seul but de provoquer ou de faire du mauvais esprit.

Une organisation libre se doit de leur donner la parole. Car il est crucial qu'une voix revendicatrice, critique vis à vis de l'organisation et de ses activités, puisse s'épanouir en son sein. Et pour cela, les minorités doivent bénéficier des mêmes moyens d'expression que la majorité, et avoir la possibilité d'exposer et argumenter librement leur point de vue.

Cela revient à dire qu'au sein de Wikipédia, il faut laisser la place à un discours critique envers le projet, ou envers certains aspects du projet, à des points de vue déviants et marginaux exprimés à l'intérieur même de Wikipédia. C'est fondamental pour que cette encyclopédie reste libre. Car la parole critique fait partie intégrante de toute organisation libre.

Ce qu'est et n'est pas cette page

Cette page est un espace de réflexion et de critique destiné à ceux qui se sentent opposés à une partie, certains points, ou même la totalité du projet Wikipédia. Elle permet que ces points de vue soient entendus, et expliqués de manière concise et argumentée.

De plus, cette page sert à rassembler et à organiser des critiques contre Wikipédia, ou une partie de Wikipédia, qui ont déjà été faites dans les pages de discussion, mais qui sont le plus souvent éparses et mal structurées. Car au fur et à mesure que le projet grandit, un wikipédien qui veut contester certains aspects de Wikipédia, se sent le plus souvent perdu, isolé et ignoré. Il ne parvient que rarement à trouver d'autres wikipédiens avec qui il pourrait partager ses réflexions, et il ignore que certains wikipédiens ont déjà soulevé au préalable ses critiques. En centralisant ces critiques, cette page permet d'en faire bénéficier tout le monde, de les approfondir et de faire leur promotion, afin qu'elles soient repérées plus vite et éventuellement incorporées plus rapidement dans le fonctionnement de l'encyclopédie.

Cette page n'est pas une page faite pour contester les agissements de telle ou telle personne, ou faite pour critiquer tel ou tel article non neutre. C'est une page qui recense les dysfonctionnements organisationnels et accueille les plaintes contre Wikipédia, et ceci d'une manière très générale. Elle ne recense pas de cas particuliers, sauf si ils sont utilisés dans le cadre d'une argumentation.

D'autre part, cette page n'est pas destinée à discuter les règles en cours de vote, mais les règles qui ont déjà été votées.

Pourquoi une telle page ?

Pourquoi une telle page peut être utile à la communauté de Wikipédia ? Voici quelques arguments en sa faveur.

  • La critique est √† la base de toute r√©flexion libre, scientifique et encyclop√©dique. C'est un processus qui est essentiel dans la progression et l'am√©lioration du savoir. Et le savoir que la communaut√© Wikip√©dia a acquis en terme d'organisation ne fait pas exception. Il doit pouvoir lui aussi √™tre r√©√©valu√©, contest√© et critiqu√© en permanence par n'importe qui. Tout doit pouvoir √™tre remis en cause, et il n'y a rien qui ne soit assez sensible, sacr√© ou tabou, pour ne pas pouvoir √™tre discut√©, soupes√© et r√©√©valu√©. Tout au moins si la protestation en reste √† un stade purement discursif. Par exemple, la neutralit√© de point de vue, le vote des administrateurs, doivent pouvoir √™tre discut√©s et contest√©s, comme n'importe quel autre sujet.
  • Une fois que les d√©cisions de politique g√©n√©rale ont √©t√© prises sur Wikip√©dia, ou que des r√®gles ont √©t√© vot√©es, il y a toujours des minorit√©s qui les consid√®rent comme arbitraires et inefficaces. Elles se sentent l√©s√©es. Et bien souvent, elles n'ont pas tort... En effet, c'est apr√®s coup, et dans la pratique, qu'on constate l'inefficacit√© d'une r√®gle. Et une r√®gle peut fonctionner √† peu pr√®s correctement et satisfaire le plus grand nombre, tout en √©tant sous-optimale et injuste. Enfin, le contexte peut changer, et rendre une r√®gle, autrefois bien adapt√©e, inadapt√©e dans le nouveau contexte. Ainsi, les r√®gles qui ont √©t√© vot√©es au d√©but du projet Wikip√©dia, ne sont peut-√™tre plus adapt√©es pour le projet actuel. Il faut donc que les r√®gles puissent continuer √† √™tre discut√©es et critiqu√©es, apr√®s avoir √©t√© adopt√©es. En sachant que protester contre une r√®gle et marquer sa d√©sapprobation ne signifie pas n√©cessairement agir contre elle. Cela signifie simplement marquer son d√©saccord, le faire savoir, √™tre convaincu qu'une r√®gle plus ad√©quate serait possible et pr√©f√©rable, tout en acceptant de se conformer √† la r√®gle par respect de la d√©cision communautaire. Mais on peut agir parall√®lement pour faire en sorte que la r√®gle puisse √™tre modifi√©e, du moins tant qu'il existe des proc√©dures d√©mocratiques qui permettent de modifier les r√®gles existantes : vote, propagande, forums, etc.
  • Ceux qui ont une sensibilit√© diff√©rente de celle de la majorit√©, doivent pouvoir exprimer librement leur point de vue, pour des raisons √©thiques, mais √©galement, pour des raisons d'efficacit√©. En effet, les personnes d√©viantes ou non conformes mettent souvent en lumi√®re des aspects de la r√©alit√© tr√®s int√©ressants, utiles et pertinents, qui ont √©t√© jusqu'ici ignor√©s, ou jug√©s sans int√©r√™t par la majorit√©. En fait, ce n'est pas √©tonnant, car toutes les personnes ne s'attardent pas sur les m√™mes probl√®mes, et le point de vue courant ou ¬ę dominant ¬Ľ n'est pas forc√©ment le meilleur. Pour deux raisons, ceux qui l'adoptent ne voient pas toujours leurs erreurs et ne sont pas toujours pr√™ts √† les admettre (tout comme ceux qui ont un point de vue minoritaire). De plus, il est dans la nature humaine de consid√©rer spontan√©ment le point de vue dominant et majoritaire comme le bon point de vue. Il s'en suit que des probl√®mes peuvent s'accumuler sans √™tre remarqu√©s. En revanche, si la communaut√© reste ouverte √† la critique, elle peut r√©agir plus vite et plus efficacement pour corriger les entorses qui risqueraient de nuire au bon fonctionnement de Wikip√©dia.
  • Il est souvent pertinent d'analyser un probl√®me, non de mani√®re partisane, mais en confrontant les diff√©rents points de vue, et en remettant en cause ses fondements. Ce qui implique qu'il n'est pas absurde de d√©fendre une chose et son contraire, pour mettre √† nu les raisonnements qui sont sous-jacents √† des propositions contradictoire, et les r√©unir ainsi √† un niveau d'abstraction plus √©lev√©. On s'aper√ßoit souvent que des propositions en apparence oppos√©es ou exclusives, s'inscrivent √† l'int√©rieur d'un ensemble d'alternatives plus vaste. Mais pour parvenir √† ce r√©sultat, il est essentiel de pouvoir disposer de tous les points de vue relatifs √† un probl√®me donn√©, et notamment les points de vue contradictoires.
  • Il est normal de se sentir √©nerv√©, horripil√©, abasourdi par certaines pratiques ou certaines r√®gles qui ont cours sur Wikip√©dia. Et il est tout √† fait sain de contester le fonctionnement et les travers d'une communaut√©. Tout membre d'un groupe peut √™tre furieux contre son groupe. Et parfois √† juste titre. Il peut trouver les membres trop conformes, avoir l'impression d'√™tre laiss√© √† l'√©cart, ressentir un sentiment d'injustice... Ce sont des sentiments humains qui n'ont rien de honteux ! Et rejeter son propre groupe d'appartenance ne veut pas dire qu'on le renie ! Il n'y a pas de tout ou rien. Il est possible d'√™tre exc√©d√© par certains aspects de Wikip√©dia, tout en √©tant pour Wikip√©dia ! On peut √™tre √† la fois pour et contre. Dans toute communaut√©, on rencontre une telle dualit√©. Et c'est souvent gr√Ęce √† cette tension qu'une communaut√© progresse. Les petits √©nervements peuvent s'av√©rer √™tre la base de critiques pertinentes, qui pourront s'av√©rer ult√©rieurement positives en terme de changement.
  • En prenant connaissance de ces points de vue d√©viants, les wikip√©diens, les nouveaux-venus ou les personnes ext√©rieures √† Wikip√©dia, peuvent se faire une id√©e plus juste de ce qu'est vraiment Wikip√©dia. Ils se font leur propre opinion en pesant le pour et le contre. Ils participent alors au projet en pleine connaissance de cause.
  • Il arrive que des wikip√©diens de bonne volont√© abandonnent le projet parce qu'ils s'opposent √† une partie de ce projet, ou que leur point de vue est mis √† l'√©cart ou √©touff√©. En leur permettant de s'exprimer, de signifier leur d√©sapprobation, ainsi que les raisons de leur m√©contentement, on diminue le risque de les voir partir. Car si au moins ils peuvent s'exprimer, et peut-√™tre m√™me agir en s'associant avec d'autres wikip√©diens, il y a des chances pour qu'ils se sentent un peu moins rejet√©s. De plus, la situation qu'ils ont v√©cue, et qui les a amen√©e √† se forger un point de vue contestataire et minoritaire, sera probablement v√©cue par d'autres. Au fur et √† mesure, le cumul de ces exp√©riences n√©gatives deviendra de plus en plus consistant, et donnera lieu √† une r√©flexion constructive. Ce qui permettra de mettre le doigt sur certains aspects sensibles de Wikip√©dia, qui cr√©ent des dissensions et des probl√®mes. Et il sera alors plus facile d'y trouver des rem√®des.
  • Il y a enfin une derni√®re raison pour laquelle une telle page s'av√®re n√©cessaire. Wikip√©dia est aujourd'hui une encyclop√©die √† vocation universelle. Elle b√©n√©ficie d'un soutien populaire important et jouit d'un tr√®s bon r√©f√©rencement sur le Web. Par cons√©quent, comme c'est une encyclop√©die ouverte, son √©volution concerne tout le monde et non plus seulement un groupe de r√©dacteurs passionn√©s.

Les arguments anti-wikipédiens

Voilà quelques exemples de critiques qu'on rencontre le plus souvent sur Wikipédia.

Critiques de la Wikimonnaie

L'idée principale des wikischtroumphs est que l'usage de la monnaie sous Wikipédia risque de nuire à la solidarité au sein de la communauté.

Critiques des statuts et des pouvoirs

On trouve beaucoup de critiques éparses sur Wikipédia, qui contestent le principe même des statuts ou les abus de pouvoir qui en découlent.

Critiques des règles

A-t-on r√©ellement besoin de r√®gles formelles sur Wikip√©dia, comme par exemple, celles qui d√©terminent la typographie et l'organisation des articles ? Et, doit-on les appliquer de mani√®re ¬ę contraignante ¬Ľ ? Si l'on prend l'exemple des r√®gles de typographie, il y a au moins trois raisons pour lesquelles on peut en douter.

  • La premi√®re est que la transmission des r√®gles sur Wikip√©dia se fait le plus souvent par imitation et par libre adh√©sion. Globalement, le principe est le suivant. Il y a une accumulation progressive de savoir-faire, et un contributeur va fixer son comportement en observant la fa√ßon dont les autres wikip√©diens ont d√©j√† agit. Dit en termes clairs, lorsque un contributeur h√©site sur un probl√®me de typographie ou un probl√®me quelconque, il va voir ailleurs comment √ßa se fait, et s'en tire souvent par un copier/coller. Il est probable que ce comportement imitatif suffise amplement √† assurer la diffusion et la standardisation des pages sur wikip√©dia.
  • La seconde est que les proc√©dures mises en place pour assurer le respect des r√®gles sont assez fastidieuses. Elles demandent du temps et de l'√©nergie. Et, m√™me si il peut √™tre utile de se mettre d'accord sur quelques grandes orientations √©ditoriales, et de les r√©pertorier dans des textes, il n'est pas du tout √©vident qu'il faille faire la chasse aux d√©tracteurs des saintes r√®gles v√©n√©r√©es ! Mieux vaut attendre qu'ils adh√®rent spontan√©ment √† la ¬ę bonne ¬Ľ conduite. Dans le cas contraire, on risque de les d√©motiver. D'ailleurs, √©tant donn√© la quantit√© faramineuse d'articles, il n'est plus aujourd'hui possible de v√©rifier tous les articles. Et de fait, de plus en plus d'articles ne respectent pas les r√®gles de typographie.
  • La troisi√®me est que les r√®gles ne sont pas n√©cessairement adapt√©es pour toutes les pages, et qu'elles peuvent avoir un effet appauvrissant. En effet, certains articles peuvent n√©cessiter une cr√©ativit√© dans la mise en forme ; cela d√©pend de leur contenu. Et trop de r√®gles tuent cette cr√©ativit√©. D'autre part, la d√©finition de crit√®res de qualit√© comporte toujours une forte part d'arbitraire.

Critiques du fonctionnement communautaire

Wikipédia fonctionne sur le mode communautaire. Ce type de fonctionnement a du bon, mais aussi du mauvais. Par exemple l'existence d'une communauté soudée peut engendrer les problèmes suivants.

  • Exclusion ou isolement des d√©viants.
  • Conformisme.
  • Constitution d'un noyau d'habitu√©s qui √©volue en groupe ferm√©.
  • Mainmise de ce noyau d'habitu√©s sur les d√©cisions de la communaut√©.
  • Hi√©rarchisation de la communaut√©.
  • Mise en place spontan√©e de r√®gles communautaires informelles qui peuvent s'av√©rer contraignantes et scl√©rosantes.
  • D√©cisions parfois ¬ę irrationnelles ¬Ľ.

Sur Wikip√©dia, le processus de communautarisation est d√©j√† bien engag√©. Il existe un noyau d'habitu√©s, compos√© pour une grande part des premiers participants au projet, qui a une forte emprise sur la direction globale du projet, et qui √©volue en groupe ferm√©. Ce noyau a jou√© un r√īle essentiel au d√©but du projet. Mais la question essentielle qui se pose aujourd'hui est la suivante : √Ä l'avenir, aura-t-on r√©ellement besoin d'un noyau dur de wikip√©diens et faudra-t-il oui ou non leur conf√©rer plus de pouvoir qu'aux autres ? Question qui se pose aujourd'hui avec d'autant plus d'acuit√© que le projet grandit tr√®s vite, et qu'il est devenu aujourd'hui l'√©quivalent d'un patrimoine collectif. Or si le contenu des articles est garanti libre par l'application de la GFDL, l'organisation du projet, la s√©lection des articles, les m√©thodes de prises de d√©cisions, reposent quant √† elles sur des proc√©d√©s de r√©gulation souvent quasi-informels, dont l'√©volution est inconnue √† long terme.

Critiques de la contribution ouverte

Un des problèmes sur Wikipédia, c'est que vous commencez à écrire tranquillement avec de la bonne volonté, et vous êtes soudain assailli par une meute de contestataires qui ne partagent pas votre point de vue. C'est assez énervant et ça ralentit le travail de rédaction. Ne serait-il pas possible de limiter intelligemment la participation à certains articles ?

Critique de la neutralité de point de vue

Doit-on tout le temps la respecter ? Sur certains articles entrant dans les catégories de l'Art, des sciences humaines et sociales, n'est-il pas utile de la remettre provisoirement en cause ?

Il importe de remarquer que la neutralité de point de vue peut être appliquée de manière plus souple sans pour autant être remise en cause. On pourrait par exemple envisager le procédé suivant.

En cas de conflit éditorial, on déciderait, par un vote universel, de créer plusieurs pages qui traitent d'un même sujet. Ainsi, sur des sujets chauds, comme les sujets politiques, religieux ou les pseudo-sciences, chaque groupe disposerait de sa propre page d'expression. Cela permettrait probablement de gagner un temps considérable, et cela éviterait bien des problèmes, car les conflits éditoriaux créent des discussions interminables, démotivent les utilisateurs et génèrent des rancoeurs. Notons que pour éviter qu'il y ait trop de demandes de votes superflus, et donc trop de pages parallèles, on pourrait demander l'assentiment de trois ou quatre contributeurs.

Critique de la bureaucratisation de Wikipédia

En s'agrandissant, Wikip√©dia prend des proportions kafka√Įennes. Les r√®gles deviennent de plus en plus nombreuses et contraignantes. De plus, elles sont de moins en moins fond√©es sur le principe de la libre adh√©sion.

Critiques sur le principe de la connaissance libre

La connaissance libre (selon les quatre libertés de Stalmann) serait une mauvaise chose. Voilà quelques uns des arguments les plus courants :

  • La GFDL est une licence qui a beaucoup d'inconv√©nients (virale, trop rigide, etc.)
  • La connaissance libre est de mauvaise qualit√©.
  • La connaissance libre risque de freiner l'innovation.

Critiques sur les inconvénients de la participation à Wikipédia

Certaines critiques peuvent, sans √™tre formalis√©es et d√©taill√©es, traduire un ras le bol individuel qui est pr√©judiciable au moral g√©n√©ral, et qui peut r√©v√©ler de v√©ritables probl√®mes organisationnels. Par exemple, une critique de ce type sera : ¬ę Wikip√©dia, c'est vraiment un super projet, mais on perd trop de temps dessus, et en plus depuis que je contribu√©, je suis plus stress√©, je dors moins bien, et je deviens susceptible... ¬Ľ

Critiques de la fondation Wikimédia

Les préoccupations de cette fondation semblent un peu éloignées de celles du contributeur moyen. Ne pourrait-on pas être mis plus souvent au parfum de son fonctionnement ? Ne serait-il pas possible de participer plus souvent aux décisions majeures ?

Critiques des procédures de vote Trois types de vote

Le vote est un procédé permettant à un groupe d'individus de trancher collectivement entre plusieurs alternatives. Il en existe trois types sur Wikipédia.

  1. Des votes qui concernent des prises de décision durable (règles, définitions des statuts).
  2. Des votes qui concernent l'application des règles.
  3. Des votes pour élire des candidats qui vont occuper certains statuts et remplir certaines fonctions.

On peut effectuer trois types de critiques. Elles ne sont pas nécessairement liées. On peut en approuver une, sans en approuver une autre, ou les deux autres.

La première consiste à affirmer que le principe du vote des règles, ou des orientations durables de politique interne, pose plus de problèmes qu'il n'en résout. Et il faudrait donc adopter d'autres méthodes pour prendre des décisions au niveau communautaire.

La seconde consiste à désapprouver le principe du vote pour les décisions ponctuelles, qui concernent l'application ou le maintien des règles : les pages à supprimer, les articles de qualité, les arbitrages, etc.

La troisième consiste à affirmer que le vote est inadapté pour la nomination des wikipédiens, tels les administrateurs, les arbitres, les bureaucrates, les stewards, etc.

On pourrait distinguer au sein de la deuxième catégorie, le vote qui concerne des pages proprement dites, du vote qui concerne des décisions ponctuelles envers des wikipédiens (destitution, arbitrage). En sachant que le vote d'une page de qualité peut affecter ceux qui soutiennent une page. On voit donc que la limite entre les deux derniers types de vote est assez floue.

Il existe d'autres critères permettant de distinguer les différents votes.

  • Le vote peut √™tre secret ou ouvert. Sur Wikip√©dia, il n'existe que des votes ouverts. La question est d'importance car dans le cas d'un vote ouvert, des pressions peuvent √™tre exerc√©es sur les √©lecteurs.
  • Qui vote ? Le vote peut √™tre universel ou limit√©. Pour certaines d√©cisions sur Wikip√©dia, le vote est autoris√© qu'√† la condition d'occuper un certain statut. Par exemple, les sanctions arbitrales sont vot√©es et prononc√©es exclusivement par les arbitres.
  • Comment valider le vote ? Les conditions de validation du vote. La vote peut √™tre plus ou moins proche du consensus. C'est une histoire de degr√©. Un vote peut √™tre accept√© au 2/3, ou rejet√© aux deux tiers.
  • Peut-on voter librement ? A-t-on le droit de voter selon des crit√®res que l'on juge soi-m√™me pertinents, ou doit-on se plier √† des crit√®res √©dict√©es par une r√®gle. Si le vote est secret, la question ne se pose pas. Dans le cas contraire, la question a son importance car le vote ne sert plus qu'√† sanctionner les √©carts par rapport √† une r√®gle pr√©d√©termin√©e. Ce n'est donc plus un vote libre, mais un vote de rappel √† l'ordre. Et par cons√©quent la prise de d√©cision doit √™tre justifi√©e.

Sur Wikipédia, en ce qui concerne le vote pris d'une manière très générale, on rencontre deux problèmes majeurs.

  • Le premier est que les personnes qui proposent des article de qualit√© ou se proposent comme candidats font subir aux autres des pressions pour obtenir des votes qui vont en leur faveur.
  • Le second est que les √©lecteurs doivent voter en fonction de normes √©dict√©es par la communaut√©. Par cons√©quent, le vote ne fait pas appel au jugement individuel. Or celui-ci doit en principe rester souverain. Dans le cas contraire, il n'est pas libre. C'est un vote contraint. D'autre part, le vote doit le plus souvent √™tre justifi√©. Or on ne doit pas non plus, √™tre contraint, par quelques moyens que ce soit, de justifier un vote. Pourquoi ? Car la personne doit pouvoir rester ma√ģtre des motivations li√©es √† son vote. Ceci rel√®ve de sa sph√®re priv√©e et de son intimit√©.

Arguments contre le vote de nomination

On ne s'intéresse qu'au troisième type de vote. Il diffère des deux autres car il engage une relation entre deux personnes : le candidat et l'électeur.

On peut trouver différents types de critiques sur le vote de nomination.

  • Le vote peut g√©n√©rer des conflits et des rancoeurs entre les candidats et les wikip√©diens qui ont vot√©s contre eux. C'est donc potentiellement une source de conflit.
  • Le vote peut engendrer de l'opportunisme, de la d√©magogie et du conformisme. En effet, il est possible que les wikip√©diens souhaitant acc√©der au statut d'administrateur fassent plus ou moins patte blanche, et essaient de se conformer √† la bonne image du ¬ę wikip√©dien mod√®le ¬Ľ. Cette pression pourrait √† terme s'av√©rer probl√©matique. Le conformisme emp√™chant l'am√©lioration de l'encyclop√©die. Par exemple, une personne qui veut postuler au rang d'administrateur √©vitera de s'engager dans un conflit √©ditorial qui met en jeu un groupe id√©ologique, pour ne pas √™tre list√©e comme √©ditrice probl√©matique. De plus, elle aurait pour cons√©quence d'entra√ģner une s√©lection des wikip√©diens en qu√™te de reconnaissance et de progression hi√©rarchique. A fortiori si le nombre d'administrateurs est limit√©. Or, des wikip√©diens peu attir√©s par ce genre de r√©compenses, mais soucieux du bon fonctionnement de l'encyclop√©die, pourraient tout aussi bien remplir le travail d'administrateur, si ce n'est mieux.
  • L'efficacit√© et la pertinence du vote risque d'√™tre entach√©es par des probl√®mes de politique, d'id√©ologie, ou des probl√®mes d'entente qui n'ont aucun rapport avec la fonction d'administrateur. Pour l'instant, le cas se pr√©sente rarement, mais il n'est pas exclu qu'il soit plus fr√©quent √† l'avenir. D'autre part, si la communaut√© se scinde en deux ou plusieurs clans, cela risque de cr√©er des difficult√©s insurmontables. Les partisans d'un clan voteront contre un administrateur parce qu'il est d'un autre clan, et vice versa, sans tenir compte des besoins r√©els de l'encyclop√©die.
  • Le vote risque de hi√©rarchiser la communaut√©. En effet, le principe de la nomination par vote peut entra√ģner un ¬ę effet boule de neige ¬Ľ. Le noyau dur de la communaut√© limite l'entr√©e au statut d'administrateur, en votant syst√©matiquement contre des wikip√©diens peu engag√©s dans la vie communautaire, mais par ailleurs tr√®s actifs ailleurs ; ce qui √† terme accro√ģt le foss√© entre les wikip√©diens de la premi√®re heure et les nouveaux venus. En fait, on aboutit √† terme √† une situation o√Ļ l'on a d'un c√īt√© les premiers wikip√©diens, qui ont acc√©d√© √† des statuts √©lev√©s et contr√īlent l'encyclop√©die, et de l'autre des wikip√©diens ¬ę de base ¬Ľ qui doivent se contenter d'√©crire des articles.
  • Le vote risque de cr√©er des situations de ¬ę p√©nuries ¬Ľ d'administrateurs. En effet, d'une part, des wikip√©diens motiv√©s peuvent avoir des h√©sitations √† se pr√©senter, car ils ont peur d'√™tre d√©sapprouv√©s et de ¬ę rater leur √©lection ¬Ľ. D'autre part, la proc√©dure de vote est longue, et emp√™che certaines personnes motiv√©es d'acc√©der rapidement au statut d'administrateur. Enfin, des situations de p√©nuries artificielles peuvent √™tre cr√©√©es par le noyau de la communaut√©, pour les raisons √©voqu√©es plus haut.
  • Une fois en place, les administrateurs risquent de se reposer sur leurs lauriers. C'est effectivement possible si la personne qui s'est pr√©sent√©e pour √™tre administrateur avait essentiellement des ambitions de progression hi√©rarchique. Ce qui en soi n'est pas un mal. Mais elle peut par contre se contenter de sa position une fois celle-ci acquise, et agir au minima de ses capacit√©s.
  • Le vote est peu fiable. L'acte de vote est en effet souvent accompli sans r√©fl√©chir. C'est un acte qui est fait rapidement, et un comportement moutonnier n'est pas √† exclure, surtout quand le vote n'est pas tenu secret.
  • Le vote des administrateurs est inutile. En laissant le statut ouvert, et en faisant confiance aux wikip√©diens motiv√©s pour exercer les fonctions d'administrateur, on aurait des r√©sultats tout aussi bons. Cet argument n'entre pas, en tant que tel, dans la critique du vote, il concerne en fait la distribution des pouvoirs et l'acc√®s aux statuts au sein de Wikip√©dia. Aussi, nous ne l'examinons pas ici.
  • Le vote est injuste et blessant. En effet, se faire refuser un article de qualit√© ou se faire refuser l'acc√®s √† un poste est un √©pisode psychologiquement difficile. D'autant plus que le vote de rejet n'est pas n√©cessairement motiv√© par des consid√©rations valables.

Contre-arguments aux arguments en faveur du vote

  • Le vote permet de se prot√©ger d'√©ventuels administrateurs vandales. C'est l'argument fort, qui a servi au d√©part √† justifier l'instauration du vote. On ne peut se permettre que des wikip√©diens effacent des pages. Qu'en est-il en vrai ? Il faut tout d'abord remarquer que cet argument est faux dans l'absolu. En effet, nous ne sommes pas du tout √† l'abri d'un administrateur √©lu, qui perd les p√©dales et qui supprime des pages √† tour de bras. Un administrateur peut en avoir assez de Wikip√©dia et effectuer des actes de vandalisme r√©p√©t√©s. Et nous ne sommes pas non plus √† l'abri de r√®glements de compte entre des administrateurs, ou entre des administrateurs et des contributeurs. Il est vrai toutefois que le vote permet d'effectuer un certain filtrage des administrateurs, mais en r√©alit√©, la seule arme dont nous disposons contre des administrateurs vandales, c'est de les destituer de leur droits. In fine, le contr√īle se fait donc √† posteriori, et non √† priori. Car une ¬ę personne rus√©e ¬Ľ, pourrait tr√®s bien tromper la communaut√© sur ses v√©ritables intentions, et se comporter de mani√®re malveillante une fois √©lue. Enfin, il faut remarquer que le vote ne nous met pas √† l'abri de certains probl√®mes : le compte d'un administrateur peut √™tre pirat√©, un administrateur peut faire des erreurs et, comme cela se fait d√©j√† dans les jeux en r√©seau, un administrateur pourrait revendre son pseudo ! Tous ces cas montrent bien que la proc√©dure de vote ne change rien au fait que le fondement du ¬ę contr√īle ¬Ľ des administrateurs, c'est la confiance, et la mise en place d'une r√©gulation √† posteriori. Et m√™me si le vote permet d'√©tablir un certain lien de confiance, il est loin d'√™tre fiable. L'histoire regorge de dictateurs √©lus ! Il est par contre assez bien adapt√© lorsqu'il s'agit de destituer un administrateur partial ou vandale.
  • Le vote am√©liore la ¬ę qualit√© ¬Ľ du travail des administrateurs. En fait, le vote est un moyen de s√©lection comme un autre pour limiter l'acc√®s √† un statut. Mais tout moyen de s√©lection a ses limites. Notamment quand le vote se couple avec l'effet boule de neige envisag√© plus haut. Son efficacit√© va alors √™tre s√©rieusement compromise. Car si le principal crit√®re de s√©lection est d'√™tre int√©gr√© dans le noyau communautaire, l'efficacit√© du ¬ę travail ¬Ľ ne rentre plus vraiment en ligne de compte. D'autre part, dans la r√©alit√©, ceux qui effectuent le travail de contr√īle encyclop√©dique ne sont pas n√©cessairement les administrateurs. Ce sont le plus souvent des contributeurs motiv√©s qui surveillent en permanence un groupe de pages sur lesquelles ils interviennent tr√®s souvent. Or, ces contributeurs constatent la plupart du temps que le travail des administrateurs est loin de leurs pr√©occupations, et qu'il n'est pas possible d'effectuer un contr√īle efficace des pages sans une connaissance minimale du sujet dont il est question.
  • Il permet de s√©lectionner des gens de confiance et neutres. En fait, c'est loin d'√©vident. D'ores et d√©j√†, on observe beaucoup de plaintes contre les administrateurs et les arbitres, et il est vrai qu'il est tr√®s difficile de faire preuve d'impartialit√©. Cela demande une √©thique, et la question est de savoir si un garde-fou moral est suffisant pour assurer une conduite neutre. Quant √† la s√©lection des personnes de confiance, elle est plus que douteuse. Elle suppose la continuit√© dans le comportement du wikip√©dien. Mais il n'y a aucune raison que cette continuit√© soit effective. Un wikip√©dien peut s'apercevoir que le travail d'administrateur ne lui convient pas, et abandonner ou cesser ses activit√©s, mais il se peut √©galement qu'il vandalise les pages.
  • Le vote encourage les wikip√©diens √† contribuer plus activement, en leur proposant certaines perspectives de progression hi√©rarchique. C'est en quelque sorte une juste r√©compense, permettant de sanctionner une bonne int√©gration dans la communaut√©. En fait, la question est surtout de savoir si il est n√©cessaire de mettre en place un tel dispositif. Il faut d'abord remarquer que la progression hi√©rarchique pourrait se faire diff√©remment et conduire aux m√™mes r√©sultats. Il existe d√©j√† une certaine progression hi√©rarchique qui d√©pend de la qualit√© des articles cr√©√©s et am√©lior√©s par un contributeur. Et c'est probablement celle-ci qui devrait √™tre la plus gratifi√©e. De plus, il est √©vident que la diffusion exceptionnelle des articles sur Internet suffit √† r√©tribuer symboliquement un contributeur. Enfin, beaucoup de wikip√©diens contribuent aujourd'hui pour des raisons tr√®s diverses : le partage du savoir, le go√Ľt pour une mati√®re, etc. Et beaucoup des plus actifs n'ont aucune envie de devenir administrateur. Ce qui prouve bien que le lien entre gratification et acc√®s au statut d'administrateur n'est pas syst√©matique.
  • Le vote est juste, car il traduit l'expression de la communaut√©, et renforce l'esprit communautaire. Il y a deux raisons pour lesquelles on ne peut pas raisonnablement adh√©rer √† cette id√©e.
    • La premi√®re est que les votants sont le plus souvent les m√™mes. Le vote est donc principalement l'expression du noyau dur de la communaut√©, ce qui laisse de c√īt√© un nombre consid√©rable de wikip√©diens.
    • La seconde est que le vote laisse ¬ę sur le carreau ¬Ľ les minorit√©s. C'est tout le probl√®me du vote, il attise le ressentiment des minorit√©s envers la majorit√© et donc envers la pens√©e dominante qui √©merge au sein d'une communaut√©. Le vote est donc au mieux l'expression de la majorit√© de la communaut√©, mais non de la communaut√© dans son ensemble. Concernant le vote des r√®gles, il a de plus un effet feed-back bien connu. Une r√®gle vot√©e gagne en l√©gitimit√©. Elle passe du statut de r√®gle potentielle √† celui de r√®gle av√©r√©e. On peut donc dire d'une certaine mani√®re que le vote cr√©e les conditions qui lui sont le plus favorables, et accro√ģt la marginalit√© des points de vue minoritaires.
  • Le vote permet de s√©lectionner des administrateurs motiv√©s qui remplissent bien les t√Ęches qu'on leur demande. En fait, soit cet argument est sans fondement, soit il est faux.
    • Il est sans fondement si ce n'est pas le vote en lui-m√™me qui est source de motivation mais le travail li√© au statut, ou encore, le fait de pouvoir acc√©der √† un statut sup√©rieur et les gratifications symboliques qui sont li√©es √† l'occupation de ce statut (dont le sentiment d'appartenir √† une communaut√© ferm√©e vu plus haut). Qu'il y ait une proc√©dure de vote, une nomination arbitraire ou un acc√®s sur le m√©rite, ne change alors rien au probl√®me de la motivation.
    • Il peut √™tre faux, car le vote n'est pas une garantie de motivation et de travail bien fait. En fait, la qualit√© du travail d'une personne d√©pend de facteurs complexes, qu'il est souvent impossible de d√©terminer √† l'avance. Les recruteurs le savent bien, il est tr√®s difficile de savoir √† l'embauche qui accomplira une t√Ęche correctement. Quant √† la motivation, on peut toujours la feindre. Les politiciens sont pass√©s ma√ģtres en la mati√®re ! De plus, une personne peu sociable, mais dot√©e d'autres qualit√©s, comme le sens de l'organisation, la disponibilit√©, l'honn√™tet√©, la foi dans le projet, l'efficacit√© au travail, pourrait tr√®s bien √™tre sanctionn√©e par un vote n√©gatif, alors qu'une personne opportuniste et sociable, mais peu scrupuleuse dans son travail, pourrait √™tre √©lue. Enfin, l'encadrement et l'efficacit√© des administrateurs est pour une grande part ind√©pendant du proc√©d√© de s√©lection, et de la qualit√© des personnes choisies. L'esprit de groupe, la bonne entente, la clart√© des t√Ęches, jouent aussi un r√īle crucial dans la qualit√© du travail.
    • Le vote est le meilleur moyen, et le plus juste, de trancher quand il y a litige. Tout d√©pend ce qu'on entend par meilleur et par juste. Il faut en effet se demander quelles sont les crit√®res d'optimalit√© qu'on retient. L'optimalit√© pouvant se faire en fonction du temps pass√© pour la d√©lib√©ration, de l'efficacit√© de la r√®gle adopt√©e, etc. Quant √† la justice, c'est une notion tr√®s relative. En fait, le seul moyen qui soit r√©ellement juste est la d√©cision par consensus. Mais il est tr√®s difficile de l'obtenir au fur et √† mesure que le projet grandit.

Alternative au vote

Admettons la légitimité de la fonction d'administrateur, et la légitimité de la sélection des administrateurs. Quelles alternatives avons-nous au vote ? Il en existe une très simple. C'est le système d'ascension au mérite. Il est déjà plus ou moins en place à l'heure actuelle. On l'expose ici très brièvement.

Un système plus efficace

Un contributeur ne pourrait accéder au statut d'administrateur que si il a contribué de manière significative à Wikipédia. Une règle serait établie, votée par tout le monde, et régulièrement révisée (par exemple tous les mois ou à la demande d'un ou plusieurs wikipédiens), pour désigner les critères d'admissibilité des administrateurs.

L'int√©r√™t de ce syst√®me est qu'il est auto-r√©gul√©. Si les crit√®res sont trop bas ou inad√©quats, la n√©cessit√© de les r√©hausser ou les adapter va tr√®s vite se faire sentir. En effet, comme les administrateurs vandales, ou les administrateurs faisant mal leur travail, vont se multiplier, ces crit√®res seront rapidement rel√©v√©s, ce qui accentuera la s√©lection et r√©tablira une situation normale. Au contraire, si les crit√®res sont trop haut, les administrateurs vont venir √† manquer, et il faudra les abaisser. Ainsi, on devrait arriver presque spontan√©ment √† un ¬ę niveau ¬Ľ d'administrateurs convenable.

Un système plus juste

Tout l'int√©r√™t d'une telle proc√©dure est qu'elle ne fait pas de filtrage ¬ę sur la personne ¬Ľ. Ainsi, elle nous met √† l'abri de r√®glements de compte par le vote, ou d'une √©ventuelle collusion id√©ologique ou communautaire entre les votants. Le proc√©d√© est nettement plus fiable, et nettement plus juste que le vote. De plus, il permet de s√©lectionner des personnes motiv√©es, qui auront montr√©es qu'elles sont capables de travailler efficacement, qu'elles sont disponibles, et qu'elles sont pr√™tes √† effectuer ce travail pour la communaut√©. Et elles le feront probablement parce qu'elles aiment ce travail d'administration, dans la mesure o√Ļ rien ne les contraint √† le faire, et o√Ļ le statut sera plus ouvert qu'auparavant (donc finalement les seuls crit√®res de choix seront li√©es √† des motivations personnelles et √† l'envie de pratiquer cette activit√©). Ce sera s√Ľrement pour eux l'occasion de d√©couvrir une autre facette de Wikip√©dia. Et si cette facette ne leur pla√ģt pas, elles choisiront de s'engager √† nouveau dans une voie plus ¬ę √©ditoriale ¬Ľ.

Ce procédé assurera de plus une gratification à ceux qui écrivent des articles. Ce qui améliorera la qualité de l'encyclopédie.

Enfin, remarquons que ce proc√©d√© nous met √† l'abri d'un biais de s√©lection d'ordre id√©ologique. Par cons√©quent, il permet de b√©n√©ficier d'un ¬ę panel d'administrateurs ¬Ľ vari√©s. Il y a peu de risque que la s√©lection soit biais√©e, le tri √©tant plus ou moins al√©atoire, ou ne reposant que sur la motivation des candidats. La diversit√© des personnes au sein d'un m√™me statut sera donc maximale, et leur capacit√© √† traiter des probl√®mes vari√©s sera par l√† m√™me plus √©lev√©e.

Un système plus souple

Un autre avantage de cette proc√©dure est qu'elle est √©conome en moyens. En effet, pour qu'un tel syst√®me fonctionne, il faut que les candidats soient filtr√©s au moment o√Ļ ils veulent acc√©der au poste d√©sir√©. Comment faire ? C'est tr√®s simple. Ils n'ont qu'√† apporter la preuve √† un bureaucrate de leur travail effectif, qui, apr√®s une v√©rification de forme, les nommera sur le champ. Ce sera √† eux de faire l'effort d'apporter les preuves et non au bureaucrate. Celui-ci aura tout de m√™me en charge de les guider pour qu'ils assimilent rapidement les rudiments de leur fonction. Comme le nombre de demande d'acc√®s au statut d'administrateur serait probablement peu √©lev√©, un tel travail demandera assez peu de bureaucrates (au cas o√Ļ on pourrait envisager de renforcer le filtrage en mettant en place un syst√®me informatique qui autorise l'acc√®s √† une demande, au bout d'un nombre donn√© de contributions). Les bureaucrates pourraient d'ailleurs √™tre d√©sign√©s sur le m√™me principe.

Et si jamais le nombre de candidats augmente trop vite et qu'ils sont débordés, ils les mettront sur file d'attente. L'intérêt est que si la taille des files d'attente augmente trop vite, il n'y aurait qu'à voter pour rabaisser les critères d'admission au poste de bureaucrate, afin d'augmenter le nombre de bureaucrates. Notons que ce sont probablement les bureaucrates ou les administrateurs eux-mêmes qui demanderont la révision des critères, pour éviter d'être surchargés de travail. Et ils auront tout intérêt à le faire. Car un excès d'administrateurs ou de bureaucrates ne serait pas en soi une mauvaise chose pour eux, puisqu'il leur permettrait d'alléger leur travail.

Un syst√®me plus s√Ľr

Bien entendu, un tel système ne peut fonctionner que si il existe des procédés d'exclusion à posteriori des administrateurs ou des bureaucrates. Ce seraient les mêmes qu'à l'heure actuelle. Un administrateur inactif, ou un administrateur partial, serait destitué par vote de la communauté. Le vote serait alors plus impartial, puisqu'il n'y aurait pas de risque de collusion entre administrateurs. Les statuts étant plus ouverts, ils donneraient moins lieu à l'effet de clan qu'on observe actuellement. En cas d'administration vandale avérée, il existerait une procédure de destitution rapide.

Le cas du bureaucrate vandale est toutefois plus complexe. Remarquons qu'il l'est tout autant √† l'heure actuelle. Nous n'avons aucun moyen de le contrer sans recourir √† un ¬ę super bureaucrate ¬Ľ. Un moyen assez s√Ľr serait d'autoriser une association entre des bureaucrates pour effectuer un blocage rapide d'un bureaucrate vandale. Dans ce cas, la destitution du statut de bureaucrate serait r√©gul√© par les bureaucrates eux-m√™mes. Ils se contr√īleraient mutuellement ! Mais pour √©viter qu'un bureaucrate vandale ne bloque les autres, il faudrait un certain nombre de voix pour radier un bureaucrate, et le proc√©d√© serait informatis√©. Au bout d'un certain nombre de voix n√©gatives, le compte serait d√©bloqu√©, et les bureaucrates pourraient radier leur cong√©n√®re. Et en cas d'abus de ces bureaucrates, ils pourraient aussi √™tre destitu√©s par la communaut√© ou par les administrateurs, par suffrage universel. L'id√©al pour que le syst√®me fonctionne au mieux, serait de s√©parer les pouvoirs des administrateurs et des bureaucrates.

Un moyen de sélection efficace

Notons que dans la mesure o√Ļ un administrateur ou un bureaucrate aura tr√®s certainement investi beaucoup de son temps pour acc√©der √† son statut, la probabilit√© pour qu'il se comporte mal sera finalement tr√®s faible. Ainsi, les wikip√©diens qui voudraient parvenir au statut d'administrateur dans le but de vandaliser des pages, seront rapidement d√©courag√©s. Car l'acc√®s au statut demandera un investissement important pour un r√©sultat tr√®s maigre, √©tant donn√© qu'ils seront tr√®s rapidement √©cart√©s.

On ne peut certes exclure qu'un wikipédien particulièrement rancunier fasse l'effort de contribuer significativement afin d'accéder au statut d'administrateur et de supprimer une page pour se venger. Mais le vote non plus ne nous met pas à l'abri de tels wikipédiens. Si le cas venait à se produire, il est de toute façon probable que les règles d'accès au statut incorporeraient des éléments préventifs. Par exemple, l'impossibilité d'accéder au statut pour un éditeur listé comme éditeur problématique.

Possibilité d'un système mixte

Enfin, dernier avantage de ce système, c'est qu'il n'est pas incompatible avec un autre système. En effet, rien n'empêche de le mettre en place, parallèlement au système de vote existant. Ne serait-ce qu'à titre expérimental.

Il serait alors possible d'acc√©der au statut d'administrateur de deux mani√®res, soit en faisant un peu de ¬ę promotion communautaire ¬Ľ, soit en passant par un syst√®me plus formalis√© d'acc√®s par le m√©rite. On combinerait alors certains avantages du syst√®me de vote (l'esprit communautaire et la confiance par le vote peuvent parfois avoir du bon), avec le syst√®me bas√© sur le m√©rite, ce qui √©quilibrerait la s√©lection. Notamment, si un bureaucrate venait √† avoir des doutes sur un candidat, il le soumettrait √† une proc√©dure de vote classique, ce qui assurerait un double filtrage.

On pourrait également envisager un système de tirage au sort, complémentaire aux deux systèmes. Des personnes motivées s'inscriraient sur une liste d'attente et seraient choisies au hasard. Ce qui permettrait de contourner les deux principaux systèmes et donneraient une chance à ceux qui ont envie d'administrer, mais qui ne sont pas motivés par la rédaction des articles.

Dernier avantage d'un tel système, c'est qu'il permettrait d'avoir des administrateurs ayant plusieurs types de motivations. Certains seraient motivés exclusivement par la progression hiérarchique, d'autres par l'envie d'en découdre avec le vandalisme, etc.

Comment résister au vote ?

A l’heure actuelle le principe du vote est le plus répandu sur Wikipédia. On ne peut donc aller contre lui. Toutefois, pour ceux qui sont partisans d’une sélection aléatoire, il est par exemple possible de voter de manière à ce que le vote se rapproche d’un mode de sélection aléatoire en votant de manière aléatoire. Il suffit de voter pour ou contre à partir d’une liste binaire aléatoire. Si vous souhaitez manifester votre attitude revendicatrice vous pouvez alors indiquer Vote aléatoire.

Méta-critiques

Affirmer qu'il faut faire une critique de Wikipédia au sein même de Wikipédia est en soi critiquable. On peut alors parler de méta-critique, c'est à dire que la critique porte sur la pertinence de la critique.

Anti-anti-wikipédiens

Différents arguments peuvent être utilisés pour critiquer le fait de critiquer Wikipédia.

  • Argument de la d√©motivation. Des critiques sur Wikip√©dia risquent de d√©motiver les wikip√©diens en place, ou de d√©courager les nouveaux venus.
  • Argument de la contre-publicit√©. De telles critiques nuisent √† l'image de Wikip√©dia.
  • Argument de la critique externe. La place de ces critiques doit √™tre √† l'ext√©rieur de l'organisation.
  • Argument du ¬ę c'est plus qu'assez ! ¬Ľ. Il y a d√©j√† suffisamment de personnes qui sont contre Wikip√©dia, et √ßa ne sert √† rien d'en rajouter.
  • Argument de la mauvaise critique. Il vaut mieux apporter son soutien au projet Wikip√©dia, plut√īt que de le d√©nigrer.
  • Argument du Wikilover. Tout le monde s'aime sur Wikip√©dia, pourquoi parler de choses qui f√Ęchent ? ...
  • Argument de la redondance. Il ne sert √† rien de centraliser et de relater ces critiques, puisqu'elles sont d√©j√† pr√©sentes ailleurs, √† leur place, et dans leur contexte, et qu'elles ont d√©j√† jou√©es leur r√īle auparavant.
  • Argument de l'encyclop√©die. Les critiques de Wikip√©dia n'apportent strictement rien pour l'am√©lioration de l'encyclop√©die, ce n'est qu'une perte de temps. Il vaut mieux se consacrer √† la r√©daction d'articles, et √† des choses utiles et positives.
  • Argument de la r√©bellion. En laissant ainsi les wikip√©diens s'associer pour contester certaines r√®gles, il va rapidement y avoir des minorit√©s actives qui vont sans cesse cr√©er des probl√®mes, r√©activer d'anciennes probl√©matiques et revendiquer des changements. Au final, la situation sera intenable.
  • Argument de l'irr√©versibilit√©. Les r√®gles une fois mises en place, il faut s'y conformer. Car le changement des r√®gles d√©j√† √©tablies pose plus de probl√®mes qu'il n'en r√©sout. Il ne sert donc √† rien de les rediscuter.
  • Argument du chaos. Une telle page d√©di√©e √† la critique va rapidement se transformer en une page chaotique. Les critiques et les contre-critiques vont fuser dans tous les sens, et cela va entra√ģner des conflits interminables.
  • Argument du fork. De telles critiques pourraient scinder la organisation en clans oppos√©s. Or, √† terme, cela risquerait de faire √©clater le projet Wikip√©dia francophone.

Anti-anti-anti-Wikipédia

Comme nous sommes dans la méta-critique, on s'intéresse ici, non pas à contre-argumenter les arguments des anti-anti-wikipédiens, mais aux critiques qui portent sur la légitimité, la pertinence, la véracité, etc., du discours anti-anti-wikipédien.

Par exemple, on trouve des critiques du genre :

  • Argument de la censure. Emp√™cher la critique de Wikip√©dia au sein de Wikip√©dia est une forme de censure.
  • Argument ¬ę bourdieusien ¬Ľ. Le discours anti-anti-wikip√©dien vient des wikip√©diens qui sont d√©j√† bien install√©s, car √ßa remet en cause leur position dominante... !

Catégories: Libertés / Culture libre




Ajoutez un commentaire:

Auteur:

Pas de commentaires pour le moment

Le contenu du site GratiLab, laboratoire de science citoyenne sur la gratuitť, le DIY et la culture libre, sauf mentions contraires, ainsi que toute nouvelle contribution √† ce site, est sous licence culturelle non-marchande.
Site gratuit, sans publicité, à but non lucratif, ouvert à tous ceux qui souhaitent effectuer des recherches sur les échanges non-marchands et la culture libre ou simplement partager leurs savoirs et savoir-faire. Construit avec PmWiki et hébergé par Toile Libre.