GratiLab, laboratoire de recherche conviviale sur la gratuité, le DIY et la culture libre


Inscription

Connexion

Principes

Participer

La fabrique

Liens


Suivre...
le sitela pagela rubrique


Autoproduction / Culture libre / Économie non-marchande / Libertés / Recherche conviviale / Critique de la science économique / Critique de l'économie marchande alternative / De tout et de rien


La fabrique

Tous les articles
/ Blog / Textes


Blog sur l'économie non-marchande et la culture libre



Ajouter un article



Nouvelles, analyses, réflexions en tous genre sur l'économie et la société non-marchande.




D’une économie des flux à une économie des possibles



Titre : D’une économie des flux à une économie des possibles
Auteurs : BenjaminGrassineau (voir aussi l'historique)
Date de création de l'article : 25-08-2022 13:31
Rubrique: Le journal de la culture libre et du non-marchand
Etat de la rédaction: finalisé
Droit de rédaction : ouvert
Licence : Licence culturelle non-marchande


Création de la page: 25 août 2022 / Dernière modification de la page: 25 août 2022 / Propriétaire de la page: Benjamin Grassineau



Résumé : Tract affiché durant une sortie avec la caravane de la gratuité (Bram 2022).





ﬡ - Auto-produire ses modalités d’échange au lieu de les subir. Affranchir l’échange du piège que lui tend l’État tentaculaire. Le flux est sous contrainte, il appelle le contrôle ; le possible lui échappe.

ﬢ - L’objet nomade entre en mouvement par l’obligation de refaire circuler et de redonner. Il porte la transformation sociale et les conditions de sa propre transformation, en cela qu’il sépare l’échange de la sphère de l’intérêt marchand et de la rationalité instrumentale.

ﬣ - L’échange est un art, une création collective perpétuellement renouvelée. La marchandisation de l’art enferme la chose dans un ensemble de signifiants hiérarchisés qui déterminent une valeur monopolistique et exercent une pression sur sa circulation. Elle l’enveloppe dans des circuits d’échange qui échappent à toute intrusion non-marchande, spontanée et imprévue. Le créateur est glorifié, l’œuvre d’art asservie à l’entrepreneur artistique. L’art s’homogénéise. L’échange devient une arme au service de l’industrie de la conservation et du changement planifié. Il maximise les flux au lieu des possibles et des usages.

ﬤ - L’art nomade récuse l’obligation marchande. Il recentre l’obligation de circulation sur l’objet qui s’autonomise. Le ou les libérateurs créent leurs propres formulations et leur propres lois d’échange. Par le langage performatif, l’objet s’affranchit de l’empire des circuits marchands et étatiques. Il devient porteur de son propre langage, de sa propre finalité. L’échange redevient libre. Il dérègle les flux, les inverse. Il ouvre à nouveau l’espace des possibles.




Ajoutez un commentaire:

Auteur:

Pas de commentaires pour le moment


Le contenu du site GratiLab, laboratoire de recherche conviviale sur la gratuité, le DIY et la culture libre, sauf mentions contraires, ainsi que toute nouvelle contribution à ce site, est sous licence culturelle non-marchande.
Site gratuit, sans publicité, à but non lucratif, ouvert à tous ceux qui souhaitent effectuer des recherches sur les échanges non-marchands et la culture libre ou simplement partager leurs savoirs et savoirs-faire. Construit avec PmWiki.