Laboratoire indépendant de recherche conviviale sur l'auto-production, la gratuité et la culture libre
∏ - À propos / Fonctionnement \ Admin - ∃ - Collecter des données / Évaluer \ Publier / Discuter \ Décider / Les contributeurs - ∈ - La Fabrique / Recherches \ Textes / Blog \ En chantier / La gratuiterie - ∑ - Le Boomerang / CEDREA \ Entrez sans payer / nonmarchand.org
Autoproduction / Culture libre / Économie non-marchande / Libertés / Recherche conviviale / Critique de la science économique / Critique de l'économie marchande alternative / De tout et de rien

Vue - Éditer - Historique - Imprimer -

Inscription - Connexion

Créé en 2010, le laboratoire de recherche conviviale GratiLab vous permet de consulter, modifier, réaliser, diffuser et promouvoir librement et gratuitement des recherches sur les échanges non marchands (auto-production, gratuité), la culture libre et la recherche conviviale.

Le laboratoire s'appuie sur trois axes méthodologiques et sur le principe éthique d'adéquation entre la fin et les moyens? :

La critique « totale » de l'économie marchande

Notre critique se veut « totale » car : 1) elle englobe une critique des institutions qui l'appuient et s'en nourrissent et concerne toutes les formes d'échanges marchands - pas seulement le capitalisme, mais aussi l'économie étatique, l'économie sociale et solidaire, les monnaies locales, le troc, etc. ; 2) elle vise les bases économiques des institutions et des chercheurs qui donnent naissance à cette critique et la diffusent.

Le dépassement du cadre totalisant de l'économie marchande

Le laboratoire privilégie à cette fin des méthodologies de recherche permettant de « s'en extraire » comme : 1) l'action qui est un élément de rupture expérientielle et d'auto-réflexivité, 2) la recherche-action, 3) la sociologie « spéculative » (expériences de pensée par exemple). Ces trois orientations permettent de ne pas limiter les recherches à une description de l'existant et d'expérimenter des actions atypiques - quand bien même elles peuvent apparaître absurdes, déroutantes, impossibles, irréalisables et déconnectées des commandes citoyennes et institutionnelles.

Le convivialisme épistémique

En s'appuyant sur une sociologie critique « intégrale » des institutions, le laboratoire développe des outils libres, ouverts et horizontaux. L'auto-publication sur Internet est par exemple utilisée pour diffuser des connaissances à caractère scientifique sur les thèmes du laboratoire. La critique est « intégrale » car : 1) elle se construit et se diffuse indépendamment d'elles, 2) elle concerne les moyens concrets de l'activité de recherche. La finalité est de construire une alternative libre et gratuite à l'institution scolaire, la recherche et la publication académiques, en partant du constat qu'elles constituent des formes de police de la connaissance et de contrôle social qui forment le socle idéologique de l'économie marchande. En vertu du principe d'adéquation entre la fin et les moyens, cette recherche sur l'économie non-marchande doit être elle-même construite et diffusée grâce à des ressources non-marchandes, comme le bénévolat, la récupe et le DIY.


« Pourquoi l'enseignement devrait-il éternellement se plier à des objectifs d'ordre économique et social tels qu'ils sont actuellement définis ? Remplacer la recherche du profit personnel par le sens des responsabilités collectives, cela vous paraît-il réellement impossible ?

En clair, croire à une école vraiment épanouissante, qui libère l'enfant, qui ouvre l'homme à l'univers, est-ce utopique ? (...)

Les Antiéducateurs »

Luc Bernard, Les écoles sauvages, Paris, Stock, 1976, p.107-108.

Citations plus anciennes...


Les dernières productions (ou reproductions)...

Et voilà le début d'une grande histoire !

Par Laure, 13 janvier 2024 -- finalisé

Art marchandise et art libérateur : récits d'art gratuit

Par BenjaminGrassineau, 26 novembre 2023 -- finalisé

Quelques remarques sur la dimension artistique des espaces de gratuité mobiles

Par Benjamin Grassineau, 16 novembre 2023 -- finalisé

Comment faire face aux revues scientifiques prédatrices ?

Par François Massol, Loïc Bollache, Denis Bourguet, Antoine Branca, Christopher Carcaillet, Julie Crabot, El Aziz Djoudi, Elisabeth Gross, Philippe Jarne, Béatrice Lauga, Joël Meunier, Jérôme Moreau, Mathieu Sicard, Julien Varaldi, 07 novembre 2023 -- achevé

La loi de l'offre et de la demande : réalité ou pure fiction ?

Par Benjamin Grassineau, 07 novembre 2023 -- en cours de rédaction

La caravane de la gratuité : comment rapprocher les communautés par le don et le partage ?

Par BenjaminGrassineau, 25 octobre 2023 -- finalisé

La dualité du vivre « sans »

Par BenjaminGrassineau, 09 octobre 2023 -- finalisé

Quelques propositions d'alternatives face à la marchandisation croissante des activités dans les groupes non-sco

Par Laure, 03 octobre 2023 -- finalisé

L'art-marchandise

Par Benjamin Grassineau, 08 juillet 2023 -- ébauche

Jeu des économies

Par Laure, 03 juillet 2023 -- finalisé

Chroniques de la fascisation contemporaine. Partie 5. Les tiers-lieux : un outil de contrôle du changement social ?

Par Benjamin Grassineau, 05 juin 2023 -- finalisé

Paiement à éventail ouvert

Par Laure, 26 mai 2023 -- finalisé

Le tout-électrique, une nuisance pour notre futur

Par Ibubolo, 26 avril 2023 -- finalisé

À propos des libertés fondamentales - VI - Pourquoi fondamentales ?

Par Benjamin Grassineau, 17 avril 2023 -- finalisé

À propos des libertés fondamentales - V - Droits et libertés

Par Benjamin Grassineau, 15 avril 2023 -- finalisé

La Fabrique >>


Suivre...
le sitela pagela rubrique



Le contenu du site GratiLab, laboratoire de recherche conviviale sur la gratuité, le DIY et la culture libre, sauf mentions contraires, ainsi que toute nouvelle contribution à ce site, est sous licence culturelle non-marchande.
Site gratuit, sans publicité, à but non lucratif, ouvert à tous ceux qui souhaitent effectuer des recherches sur les échanges non-marchands et la culture libre ou simplement partager leurs savoirs et savoirs-faire. Construit avec PmWiki.