GratiLab, laboratoire de science citoyenne sur la gratuité, le DIY et la culture libre

>Inscription<

>Connexion<

Participer

La fabrique

Le bistro


Suivre...
le sitela pagela rubrique
Contributeurs /

Benjamin Grassineau

Je suis un chercheur engagé dans la précarité volontaire à double titre :

  • sobriété économique : je revendique le fait de vivre avec peu de moyens et si possible, sans travail ;
  • sobriété épistémique : je refuse et j'ai refusé de m'insérer dans la recherche académique et dans la mégamachine scolaire et universitaire (au sens large). Pourquoi ? Parce que je suis persuadé que la libération de la société passe par celle des outils de production et de diffusion du savoir. Alors je ne veux pas entrer dans cette contradiction délétère qui consiste à critiquer un macro-dispositif de domination intellectuelle tout en collaborant de fait avec lui et en attendant tous les mois qu'il daigne me verser ma pitance !

Mais ce n'est pas un choix purement oppositionnel. Je prône et pratique une recherche indépendante, artisanale, conviviale, cool, citoyenne et productive. Et ça marche ! C'est chouette ! Certes, il y a quelques inconvénients, le principal étant que la légitimité en tant que chercheur est plus difficilement acquise, mais les choses progressent, et dans l'ensemble, tout va bien...

Ma position de fond sur la question de la gratuité est qu'elle est indissociable de celle des libertés individuelles. On ne peut défendre l'une sans l'autre. Il n'y a pas de liberté sans gratuité et il n'y a pas de gratuité sans liberté.

Ma page sur le réseau CEDREA.

Publications hors laboratoire.

Colloques, séminaires.

  • 2010. La mutualisation des ressources dans l'économie sociale et solidaire et les NTIC, Séminaire INOCREA - dernier séminaire 2010, TIC et économie sociale et solidaire.
    Résumé : Partant du constat que l'économie de marché conduit à des "situations de non-coopération" sous-optimales, le pari de l'économie sociale et solidaire est de trouver des formes sociales pérennes permettant aux acteurs de coopérer dans des situations où il est de leur intérêt de le faire. Il s'agit alors d'inventer les outils adaptés à cette finalité, cohérents d'un point de vue technique, mais aussi d'un point de vue éthique, c'est à dire en adéquation avec les exigences morales et les pratiques de l'ESS. Les NTIC, et en particulier le secteur de l'informatique libre, apportent de ce point de vue des éléments de réponse intéressants. Nous verrons dans cette présentation comment il est possible d'imaginer des dispositifs socio-techniques fondés sur l'outil numérique et des outils dits "libres", assurant une meilleure coopération et une mutualisation accrue des ressources entre les acteurs de l'économie sociale et solidaire au sein d'une zone géographique donnée. Nous verrons également, à travers l'exemple de l'agglomération lilloise, comment ces dispositifs peuvent prendre corps dans des pratiques préexistantes de communication et d'organisation de nature réticulaire et informelle.

Notes de lecture, cours...

Cours

Notes de lecture

Autres

La petite phrase du moment

Une conférence est un groupe de gens réunis pour compliquer un travail qu'une seule personne ferait facilement.

Frank Herbert, Champ mental, p. 43, Presses Pocket, 1987.


Ailleurs...

Ma page sur la wikiversité. Je n'y suis plus actif.

Articles à écrire


Connectez-vous ou inscrivez-vous? pour consulter l'adresse mail de ce contributeur.

Le contenu du site GratiLab, laboratoire de science citoyenne sur la gratuité, le DIY et la culture libre, sauf mentions contraires, ainsi que toute nouvelle contribution à ce site, est sous licence culturelle non-marchande.
Site gratuit, sans publicité, à but non lucratif, ouvert à tous ceux qui souhaitent effectuer des recherches sur les échanges non-marchands et la culture libre ou simplement partager leurs savoirs et savoir-faire. Construit avec PmWiki et hébergé par Toile Libre.