Le poulpe à lunettes, espace de recherche conviviale sur les échanges non-marchands, l'autoproduction et la culture libre


Connexion



Suivre...

le sitela page
Contributeurs /

Benjamin Grassineau

Chercheur précaire

Etre chercheur précaire, c'est cool ! Un exemple de parcours :

  • J'ai commencé ma thèse de sociologie comme allocataire de recherche : sympa, bonne planque, travail bien payé, et pas grand chose à faire.
  • Puis, chômeur. On pourrait croire que ça commençait à se corser, mais pas du tout, ça m'allait très bien ! Je n'allais quand même pas travailler pour enrichir le système alors que je pouvais être payé sans rien faire... Vive le chômage !!
  • Puis sans revenu. Eh oui, comme me l'apprit une assistante sociale, on ne touche pas de RMI quand on est étudiant...
  • Et heureusement, coup de poker, ma thèse est passée. Un simple coup de chance...
  • Puis après, rmiste, tranquille, un peu galère, mais ça allait...
  • Et pour finir, la déchéance : ATER au Laboratoire de Génie Industriel de Centrale-LILLE. Alors là, c'était le plus dur, l'angoisse complète ! Cette école, c'est le désespoir incarné. Jeunes étudiants, n'y allez surtout pas ! Quant au métier d'enseignant-chercheur, c'est déprimant !!
  • Vint le temps de la qualification aux fonctions de maitre de conférences. Reçu, pas de problèmes. Seulement après, triste spectacle ! Les postes sont généralement déjà officieusement attribués, mais ils te font venir quand même à tes frais parce que c'est la procédure administrative qui l'exige. Et à ce moment, on se rend compte qu'au fond, on n'est rien de plus que des machines à publier qui vont être pressées comme des citrons pour alimenter des recherches inintéressantes... Quant aux jurys, c'est vraiment une pantomime ridicule... Ce qui a en tous les cas confirmé ce que je pensais : la recherche universitaire et scolaire n'est plus qu'une course à la publication. Tout le monde s'en fout du contenu des recherches. Ce qui compte, c'est : publier (sinon, pour eux, "t'es rien"), en sachant que le système est réputé truqué (mais quand bien même il ne le serait pas, il est de toute façon intrinsèquement pourri), et toucher des financements. En gros, pour aller vite, la recherche et développement est devenue une industrie planétaire, aux finalités douteuses, avec une division du travail et une hiérarchie de plus en plus rigide et poussée.

Je crois qu'avec çà, j'ai le droit de revendiquer le statut de chercheur précaire. Et je le fais haut et fort, car c'est une chance. Ca m'a permis de découvrir qu'on peut faire de la recherche artisanale, conviviale, cool, citoyenne, indépendante et productive. Du coup, je m'active désormais, indépendamment de la mégamachine scolaire, dans le secteur associatif, et je m'éclate.

Publications hors laboratoire.

Colloques, séminaires.

  • 2010. La mutualisation des ressources dans l'économie sociale et solidaire et les NTIC, Séminaire INOCREA - dernier séminaire 2010, TIC et économie sociale et solidaire.
    Résumé : Partant du constat que l'économie de marché conduit à des "situations de non-coopération" sous-optimales, le pari de l'économie sociale et solidaire est de trouver des formes sociales pérennes permettant aux acteurs de coopérer dans des situations où il est de leur intérêt de le faire. Il s'agit alors d'inventer les outils adaptés à cette finalité, cohérents d'un point de vue technique, mais aussi d'un point de vue éthique, c'est à dire en adéquation avec les exigences morales et les pratiques de l'ESS. Les NTIC, et en particulier le secteur de l'informatique libre, apportent de ce point de vue des éléments de réponse intéressants. Nous verrons dans cette présentation comment il est possible d'imaginer des dispositifs socio-techniques fondés sur l'outil numérique et des outils dits "libres", assurant une meilleure coopération et une mutualisation accrue des ressources entre les acteurs de l'économie sociale et solidaire au sein d'une zone géographique donnée. Nous verrons également, à travers l'exemple de l'agglomération lilloise, comment ces dispositifs peuvent prendre corps dans des pratiques préexistantes de communication et d'organisation de nature réticulaire et informelle.

Notes de lecture, cours...

Cours

Notes de lecture

Autres

La petite phrase du moment

Une conférence est un groupe de gens réunis pour compliquer un travail qu'une seule personne ferait facilement.

Frank Herbert, Champ mental, p. 43, Presses Pocket, 1987.


Ailleurs...

Ma page sur la wikiversité. Je n'y suis plus actif.

Articles à écrire


Connectez-vous ou inscrivez-vous? pour consulter l'adresse mail de ce contributeur.

Le contenu du site Le poulpe à lunettes, espace de recherche conviviale sur les échanges non-marchands, l'autoproduction et la culture libre, sauf mentions contraires, ainsi que toute nouvelle contribution à ce site, est sous licence culturelle non-marchande.
Site gratuit, sans publicité, à but non lucratif, ouvert à tous ceux qui souhaitent effectuer des recherches sur les échanges non-marchands et la culture libre ou simplement partager leurs savoirs et savoir-faire. Construit avec PmWiki et hébergé par Toile Libre.